Neuf fidèles de la mosquée An'Nur poursuivis

WinterthourAprès une année d'enquête, le ministère public de Winterthour a déposé plainte contre neuf prévenus pour menaces de mort. Ceux-ci avaient agressé deux autres fidèles.

Suite à une succession de scandales, la mosquée An'Nur à Winterthour a fermé ses portes.

Suite à une succession de scandales, la mosquée An'Nur à Winterthour a fermé ses portes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministère public de Winterthur/Unterland dans le canton de Zurich va poursuivre neuf fidèles de la mosquée An'Nur. Ces neuf adultes accompagnés d'un mineur s'en étaient pris à la fin novembre 2016 à deux autres musulmans et les avaient menacés de mort, rapporte le Tages-Anzeiger.

Les neuf suspects sont l'ex-imam principal de la mosquée, le président de l'association éponyme ainsi qu'un groupe de jeunes. Emprisonnés à la fin février 2017, ils ont été libérés entretemps. Ils sont notamment accusés de séquestration, de menaces, de coercition, d'agression, d'insultes ainsi que de soustractions de biens. L'enquête a démarré en janvier 2017.

Forcé à avaler un billet

Les suspects, qui ne reconnaissent pas les faits, encourent des peines de prison allant de 30 à 36 mois. Comme le précise l'acte d'accusation, les prévenus ont demandé à leurs deux victimes comment elles voulaient mourir, s'il fallait leur défoncer la tête ou les décapiter.

Une des deux victimes a été contrainte d'engloutir un billet de dix francs. «Espèce de chien», a-t-il entendu, «tu as vendu ta religion contre de l'argent, avale-le maintenant.» Les agresseurs leur reprochaient d'avoir jeté le discrédit sur la mosquée et d'avoir enregistré des sermons haineux qui ont ensuite été remis à des médias.

Demande d'expulsion

Agés de 18 à 21 ans au moment des faits, les suspects affichent des profils variés, comme chômeur, apprenti, étudiant ou bénéficiaire d'une rente invalidité. Quatre d'entre eux n'ont pas de passeport suisse et une expulsion du territoire pendant 5 à 15 ans pourrait être prononcée à leur encontre compte tenu des délits évoqués. L'ex-imam principal de la mosquée ressort de cette catégorie.

La procureur Susanne Steinhauser a confirmé qu'elle a demandé l'éloignement du territoire pour les quatre prévenus concernés. Le tribunal doit encore se prononcer mais la décision reviendra au secrétariat cantonal des migrations. L'expulsion est en général appliquée après l'exécution des peines.

Quant au dixième accusé, il était encore mineur au moment des faits. Il sera donc jugé par un tribunal des mineurs.

Créé: 02.02.2018, 10h11

Articles en relation

L'imam reconnu coupable d'appel à la violence

Winterthour L'Ethiopien qui incitait à tuer les musulmans qui ne prient pas en communauté a écopé de 18 mois de prison avec sursis. Plus...

Neuf fidèles placés en détention après l'agression

Mosquée de Winterthour L'enquête se poursuit après l'attaque de deux personnes à la mosquée An'Nur à Winterthour. Hier, un mineur a été placé en détention. Plus...

Imam de la mosquée jugé pour appel au meurtre

Winterthour L'imam âgé de 25 ans est accusé d'avoir appelé au meurtre de musulmans non pratiquants lors d'une prédication, le 21 octobre 2016. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.