Passer au contenu principal

Neuf sociétés pour l'identité électronique

Neuf entreprises suisses, dont La Poste, les CFF et Swisscom, vont créer une entreprise commune pour développer la e-ID.

Un protocole d'accord a été signé pour la création de SwissSign Group qui intégrera dès 2018 les activités de l'actuelle SwissSign qui développe déjà la solution SwissID.
Un protocole d'accord a été signé pour la création de SwissSign Group qui intégrera dès 2018 les activités de l'actuelle SwissSign qui développe déjà la solution SwissID.
Keystone

La Poste, les CFF, Swisscom, les quatre plus grandes banques suisses, le prestataire financier SIX et la Mobilière prennent les devants en matière d'identité numérique (e-ID). Elles ont décidé de créer une coentreprise qui développera une solution commune.

Ces neuf entreprises vont créer une marque qui permettra à la population suisse de s'identifier dans l'espace numérique en toute sécurité, ont-elles indiqué mardi. Un protocole d'accord a été signé pour la création de SwissSign Group, une société qui sera dirigée par Markus Naef. Elle intégrera dès janvier 2018 les activités de l'actuelle SwissSign qui développe déjà la solution SwissID.

La Poste et les CFF apporteront à la nouvelle entreprise leurs parts dans l'actuel SwissSign. Swisscom, Credit Suisse, Raiffeisen, UBS, la Banque cantonale de Zurich, SIX et la Mobilière Suisse s'y associeront.

L'identité électronique doit permettre d'utiliser de manière sécurisée les services en ligne. La protection des données sera assurée à tout moment, selon la coentreprise. La Confédération vérifiera et confirmera officiellement l'identité de la personne.

Gratuit pour les privés

La solution retenue est similaire à des modèles déjà opérationnels, en Suède, en Norvège et au Danemark. Elle ne coûtera rien aux particuliers. L'entreprise se financera grâce aux apports des fournisseurs de services en ligne.

Mercredi dernier, le Conseil fédéral a décidé de partager les tâches pour la mise en place de l'identité électronique via un système mi-public et mi-privé. Les fournisseurs et les systèmes seront soumis à des contrôles stricts et réguliers. Un organisme de reconnaissance sera mis sur pied et rattaché au Département fédéral des finances.

Le Conseil fédéral devrait présenter un projet au Parlement d'ici l'été 2018. Des règles claires seront proposées pour l'émission et l'utilisation de cette identité. Les devoirs de l'Etat et du secteur privé seront précisés.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.