«No Billag» giflée, la SSR dévoile sa cure d’austérité

Votations du 4 marsLe directeur Gilles Marchand coupe l’herbe sous le pied des élus. Il annonce des économies de 80 millions dans l’entreprise, il renonce à de la publicité et démine le terrain avec les privés.

À peine la redevance sauvée des urnes que le patron de la SSR Gilles Marchand annonce un plan d’économies de 100 millions.

À peine la redevance sauvée des urnes que le patron de la SSR Gilles Marchand annonce un plan d’économies de 100 millions. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les radios et les télévisions publiques ne seront pas liquidées dans la poubelle de l’Histoire. Après une campagne musclée, les Suisses ont balayé l’initiative «No Billag» qui demandait la suppression totale de la redevance obligatoire. Pour les partisans du texte, la gifle est retentissante. Malgré le soutien de l’UDC, ils n’ont pas réussi à franchir la barre des 30%. Du coup, les velléités de lancer une nouvelle initiative avec une redevance abaissée à 250 francs ont été tuées dans l’œuf. La taxe en faveur du service public ressort renforcée et légitimée.

La vraie surprise de ce dimanche ne tient pas tant au résultat du scrutin. Elle vient plutôt de la contre-attaque foudroyante de la SSR. Celle-ci ne commet pas l’erreur de s’endormir sur ses lauriers et annonce une cure d’austérité pour atténuer les critiques à son égard. «Le texte extrémiste de «No Billag» a permis de voir se développer un débat nuancé sur le service public, explique Gilles Marchand. Ce débat doit continuer et s’intensifier.»

Le patron de la SSR annonce dans la foulée un plan d’économies de 100 millions dès 2019. L’entreprise va revoir ses processus de production, ses infrastructures, ses frais administratifs dans toutes les régions. Un exemple? Il y a actuellement des normes strictes pour tourner un sujet magazine avec temps de préparation, nombre de personnes engagées, matériel utilisé. Ces normes seront revues à la baisse. Les gains d’efficience permettront que 50% des moyens globaux soient désormais dévolus au domaine de l’information. Revers de la médaille: des emplois seront supprimés. On en saura plus dans un plan qui sera détaillé en juin.

Main tendue aux privés

L’autre coup d’échecs de Gilles Marchand, c’est la main tendue aux éditeurs privés. La SSR ne se contente plus de promesses mais passe aux actes. Elle ne publiera plus de textes sur ses plates-formes numériques sans lien avec des émissions radios ou TV. Elle renonce préventivement aussi à la publicité ciblée au niveau régional. Elle vise enfin à une large coopération avec les privés, qui se traduira par l’accès libre à ses archives d’information. À noter que la SSR fait une fleur à son public en supprimant les blocs publicitaires au milieu d’un film.

L’exercice est salué par Doris Leuthard. «C’est juste de faire un pas vers les privés.» Et de rassurer ceux qui pensaient qu’un large refus de l’initiative repousserait toute réforme aux calendes grecques, en alignant les projets à venir. «La nouvelle loi radio-TV entrera en vigueur en 2019. Elle plafonne le budget de la SSR à 1,2 milliard et fera baisser la redevance à 365 francs. Et je persiste à penser qu’elle peut diminuer à 300 francs, si la SSR fait preuve d’efficience.»

Accusée de s’être trop immiscée dans les affaires de la SSR, elle a aussi annoncé la création d’une commission indépendante pour distribuer les concessions radio-TV. Par contre, elle refuse d’entrer en matière sur une baisse de la taxe pour les entreprises. «Le peuple a déjà dit à deux reprises qu’elles devaient payer.» De quoi doucher les espoirs de l’USAM qui revient déjà avec cette proposition.

Ces annonces sont bien accueillies aussi par les partisans du service public. «Si la SSR ne fait rien, elle risque de voir surgir de nouvelles initiatives, réagit Raphaël Comte (PLR/NE). Le service public a une marge de manœuvre pour se réformer.» Géraldine Savary (PS/VD) ajoute que l’échec clair et net de «No Billag» permettra de se pencher sereinement sur les autres défis de la branche. «Si le score avait été plus serré, le débat se serait éternisé sur le mandat ou l’étendue du service public. Cette fois, la redevance est consolidée, on peut désormais réfléchir à comment l’État peut soutenir la diversité médiatique.»

Une aide à la presse?

Les réformes annoncées coupent aussi l’herbe sous le pied des parlementaires qui souhaitent s’immiscer dans les affaires de la SSR. Mais pas de quoi les faire taire totalement. Dès ce lundi, Beat Vonlanthen (PDC/FR) interpellera le Conseil fédéral. Plusieurs de ses revendications sont désormais obsolètes. Pas celle qui vise à augmenter la part de la redevance pour les radios et télévisions locales. De 6% prévus en 2019, il évoque le chiffre de 10% à terme. Le Fribourgeois n’oublie pas non plus les journaux. «On peut imaginer prélever 50 à 100 millions sur la redevance pour l’investir dans l’aide indirecte à la presse.»

L’orage «No Billag» s’éloigne, d’autres nuages pointent à l’horizon. La mauvaise passe traversée par la presse écrite, mais aussi la restructuration de l’agence télégraphique suisse (ATS) préoccupent la Berne fédérale. «Il faut réfléchir à de nouvelles complémentarités entre médias publics et médias privés, reconnaît Géraldine Savary. Sans toutefois remplir la poche des actionnaires», précise-t-elle.

Des débats qui s’ajoutent à ceux d’un calendrier déjà bien fourni avec les nouvelles concessions et la consultation sur la future loi sur les médias électroniques, le tout prévu cette année.


Éclairage: Les anti-SSR ont mis leur grogne en veilleuse

Quelle différence entre la votation sur la LRTV et celle sur «No Billag»! En 2015, il a fallu attendre les derniers résultats du canton de Berne pour connaître l’issue du scrutin. La loi instaurant une redevance générale à la place de la redevance par appareil s’imposait au final d’un cheveu. Rien à voir avec la journée de ce dimanche. Dès la publication des premiers résultats, le sort de l’initiative paraissait évident: ce sera un échec cinglant.

Les deux campagnes avaient pourtant pris une tournure similaire, celle d’un vote pour ou contre la SSR. Mais avec une nuance de taille. «Il ne s’agissait plus de dire si on aimait ou non la SSR, mais plutôt de décider si elle devait continuer à exister», analyse le conseiller national Matthias Aebischer (PS/BE). Reste que les résultats de «No Billag» confirment certaines tendances déjà observées trois ans plus tôt. Tout d’abord, le fait que la SSR jouit d’un fort soutien en Suisse romande. Les champions du non se trouvent de ce côté-ci de la Sarine avec Neuchâtel (78,3%) et le Jura (78,1%).

Vaud (76,5%) et Genève (74,8%) sont aussi dans le haut du classement. La clé de répartition n’est pas étrangère à cette situation. Les Romands paient 23% de la redevance, alors que la RTS perçoit 33% du total. Les Alémaniques, eux, versent 73%, alors que la SRF ne perçoit que 43%.

Si le Röstigraben ne s’est pas creusé cette fois, certains cantons alémaniques se distinguent avec des différences de 10 à 15 points par rapport aux romands. La Suisse centrale et orientale se démarque: Schwytz rejette l’initiative à 62,4%, Schaffhouse à 62,7%.

Le cas des minorités linguistiques est intéressant. Les Grisons, et leurs trois langues nationales, rejettent largement le texte (77,2%), alors que le Tessin, qui profite pourtant le plus de la clé de répartition de la redevance, enregistre l’un des plus forts soutiens à «No Billag» (65,5% de non). Le canton avait déjà marqué les esprits en balayant la LRTV.

La RSI, un des principaux employeurs du Tessin, doit-elle s’attendre à des représailles? Le patron de la SSR, Gilles Marchand, a déjà annoncé «qu’il n’y aurait aucun tabou».

Comparaison: En 2015, le peuple acceptait d'un cheveu la loi radio-TV (ci-dessus). L'initiative «No Billag», elle, a été rejetée dans tous le pars (carte tout en haut). On retrouve toutefois certaines tendances observées il y a trois ans. (24 heures)

Créé: 04.03.2018, 21h31

Nicolas Jutzet: «La SSR a trop dépensé»

Nicolas Jutzet, président romand du comité «No Billag», réagit à chaud au résultat.

Votre initiative fait moins de 30%. C’est une claque, non?

Évidemment le résultat n’est pas réjouissant. Mais pour nous, la principale victoire, c’est que la SSR et les acteurs politiques se sont engagés à faire enfin de grandes réformes. On verra si les promesses sont tenues.

La SSR a annoncé dimanche un plan d’efficience
et de réinvestissement de 100 millions. Vous pensez avoir joué un rôle avec votre initiative?


Notre initiative a certainement servi de levier. On a vu Doris Leuthard baisser le montant de la redevance à 365 francs et plafonner le budget de la SSR issu de la redevance à 1,2 milliard. Quant à la «réforme» annoncée par la SSR, c’est une simple adaptation. Ils vont faire la même chose avec moins d’argent. Ils avouent implicitement qu’ils n’ont pas utilisé leurs moyens de façon économique ces dernières années. Une réforme en profondeur, c’est autre chose. Elle impliquerait que la SSR ne concurrence pas de façon déloyale les privés sur le numérique, que les entreprises ne soient pas soumises à la redevance.

Vous ne regrettez pas d’avoir présenté une initiative extrême qui coupait les vivres à la SSR au lieu de réclamer une redevance à 200 francs?

Non. Notre façon de faire la politique, c’est de défendre un idéal. En l’occurrence, rendre la liberté au citoyen et non pas se battre pour une demi-redevance.

Votre prochain combat, en tant que libéral, pour donner plus de pouvoir au citoyen?

Il faudrait une remise en cause de la loi sur l’assurance-maladie. Elle contient de mauvais incitatifs qui provoquent l’explosion des coûts de la santé. Comme la population paie très cher son assurance, elle consomme plus facilement des prestations médicales. Il faut redonner plus de responsabilité au citoyen.

Articles en relation

«On avait envie d’être tous ensemble»

Votation Alors que l'initiative No Billag était votée, les employés de la RTS ont vécu une journée particulière. Reportage à la radio, à Lausanne. Plus...

«Je suis contente, mais la suite sera dure quand même»

Genève Gros soulagement pour les employés de la RTS, suite au refus de No-Billag au terme d’une campagne pesante. Reportage dans les coulisses de la tour à Genève. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...