Passer au contenu principal

La norme anti-homophobie met l'Eglise catholique dans l’embarras

Les organisations religieuses sont divisées sur le texte. Entre le oui des réformés et le non des évangéliques, la Conférence des Évêques refusent de trancher.

Le peuple doit se prononcer le 9 février sur l'extension de la norme antiracisme à l'homophobie.
Le peuple doit se prononcer le 9 février sur l'extension de la norme antiracisme à l'homophobie.
Keystone

Faut-il étendre la norme pénale «antiraciste» aux insultes proférées contre les minorités sexuelles? Le peuple est appelé à répondre par oui ou par non à cette question lors des votations de ce dimanche. L’Église catholique, elle, préfère se taire. «La doctrine de l’Église catholique se prononce sans exception contre tout appel à la haine et à la discrimination de personnes ou de groupes, écrit la Conférence des évêques suisses (CES) sur son site internet. Ce sera cependant aux citoyens de juger si ce principe est déjà suffisamment ancré dans la législation en vigueur ou s’il faut l’élargir.» Une prise de position que partage le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.