Le nouveau «Notre Père» entre en vigueur à Pâques

SuisseLa traditionnelle prière a connu une légère modification. Elle sera appliquée dès dimanche prochain.

En Suisse, le changement a été l'objet d'une large consultation entre les différentes Eglises romandes, dans un esprit œcuménique.

En Suisse, le changement a été l'objet d'une large consultation entre les différentes Eglises romandes, dans un esprit œcuménique. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dimanche prochain, Pâques apportera cette année une nouveauté aux Eglises chrétiennes de Suisse romande. Catholiques, réformées et évangéliques introduiront une modification dans la traduction de la prière «Notre Père».

Cette nouvelle traduction est déjà appliquée en France et dans d'autres pays francophones. En Suisse, elle a été l'objet d'une large consultation entre les différentes Eglises romandes, dans un esprit œcuménique, ont indiqué mardi la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (feps), la Conférence des évêques suisses (CES) et le Réseau évangélique suisse.

Cette consultation a retardé l'introduction de cette nouveauté, initialement prévue pour la période de l'Avent 2017, précise le communiqué commun des trois Eglises.

Dans la nouvelle version, les fidèles ne disent plus «Et ne nous soumets pas à la tentation», mais «Et ne nous laisse pas entrer en tentation». Cette traduction est plus proche du texte original, en grec, avait expliqué l'année passée à l'ats Anne Durrer, porte-parole à la Fédération des Eglises protestantes de Suisse.

Nouvelle version «meilleure»

La nouvelle version est «meilleure», car elle suggère que «Dieu nous aide à résister, non pas qu'il joue un rôle actif», ajoutait-elle. Cette décision de revoir le texte liturgique est venue du Vatican et a été avalisée par la CES. L'adaptation de la prière se fait dans tous les pays francophones, mais pas partout à la même date.

«En optant pour une nouvelle traduction commune et en l'introduisant simultanément dans leur liturgie, les Eglises signataires de ce communiqué réaffirment leur volonté d'œuvrer dans un esprit d'unité», expliquent-t-elles.

Alors que la première traduction œcuménique du «Notre Père» avait été introduite en 1966 en Suisse romande, toutes se réjouissent que l'ensemble des fidèles puisse ainsi continuer à dire de la même manière la prière universelle enseignée par Jésus. Les communautés sont invitées à prier le «Notre Père» selon la nouvelle formule au matin de Pâques, marquant ainsi son introduction officielle. (ats/nxp)

Créé: 27.03.2018, 11h12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Macron et la France bloquée. Paru le 21 avril 2018.
(Image: Valott) Plus...