Passer au contenu principal

Un nouveau système pour réduire le bruit des avions

Actuellement en test à l'aéroport de Zurich, un nouveau système de guidage devrait permettre de diminuer les nuisances sonores et le CO2 des appareils en phase d'approche.

Au total, 70 vols tests sont prévus d'ici à la fin de la semaine dans la région zurichoise.
Au total, 70 vols tests sont prévus d'ici à la fin de la semaine dans la région zurichoise.
Keystone

Emettre moins de bruit et de CO2 en phase d'approche d'un aéroport: un nouveau système de guidage devrait le permettre bientôt. Il est actuellement testé au-dessus de l'aéroport de Zurich. Le but des chercheurs est d'en équiper un jour le tableau central des cockpits.

Durant cette semaine, un avion test A320 du Centre allemand pour la navigation aérienne et spatiale (DLR) effectue des vols d'approche de l'aéroport de Zurich. Une fois descendu jusqu'à l'altitude de 300 mètres, il redémarre et fait demi-tour avant de répéter le même exercice.

Après avoir répété neuf à dix fois l'opération, il se pose finalement sur l'aérodrome militaire de Dübendorf (ZH), où se trouve le quartier général des chercheurs de DLR, de la fondation Skylab et du Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa). L'objectif de ces scientifiques est de réaliser des approches aériennes moins bruyantes et moins consommatrices en carburant, indiquent mardi les trois institutions.

Freinages brusques et trains d'atterrissage

De telles approches sont possibles, comme l'a montré une évaluation de 12'794 d'entre elles pour l'aéroport de Zurich. Ce sont en effet les manoeuvres effectuées en décalage avec le plan de route idéal qui provoquent un surplus de bruit, telles un train d'atterrissage sorti trop tôt ou un freinage particulièrement important.

Pour éviter ces écarts, l'avion test des chercheurs est équipé du système d'assistance LNAS (Low noise Augmentation System). Ce logiciel indique aux pilotes à quel moment effectuer idéalement quelle manoeuvre. En suivant cette ligne, l'avion s'approche de l'aéroport de manière stable, comme sur un toboggan régulier.

Un quart de bruit en moins

Selon les chercheurs, l'utilisation du LNAS permet de réduire les émissions de bruit d'un quart dans les zones survolées à 300 mètres d'altitude et plus, soit à plus de 6 km de l'aéroport.

Au total, 70 vols tests sont prévus d'ici à la fin de la semaine dans la région zurichoise. Trois quarts d'entre eux sont effectués en utilisant le nouveau système et un quart sans, afin de comparer les résultats. Le bruit est enregistré dans deux stations de mesure dans le sud de l'Allemagne et dans cinq stations en Suisse.

Dans l'autopilote

La compagnie allemande Lufthansa teste elle aussi le LNAS jusqu'à l'été prochain. Aujourd'hui, le système est installé sur les écrans latéraux du cockpit des avions test. Les chercheurs veulent pouvoir un jour l'installer sur l'écran central, afin que les pilotes n'aient plus à tourner la tête pour s'en servir. Dans quelques années, le LNAS fera partie intégrante du système d'autopilotage.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.