Vers un nouvel échec de la gauche avec la caisse publique?

Caisse maladieSept ans après l'échec de la caisse unique, la gauche propose son initiative sur la caisse publique qui est soumise au peuple ce 28 septembre. Elle risque fort d'être rejetée et de créer un clivage Romands-Alémaniques.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le peuple va-t-il dire «oui» à la caisse maladie publique le 28 septembre? C'est ce que souhaite en tout cas la gauche à l'origine de initiative populaire sur laquelle le peuple devra trancher. Le projet risque fort d'être rejeté. En effet, selon le dernier sondage gfs publié le 17 septembre, les Suisses étaient 54% à la refuser - un chiffre en hausse de 3 points par rapport au 22 août - contre 38% d'avis favorables. Un nouveau «röstigraben» semble se dessiner. Romands et Tessinois sont en effet favorables au texte à 51%. Les Alémaniques le rejettent à 61%.

C'est donc un nouveau «niet» populaire en vue pour la gauche sur ce thème, sept après un cuisant échec sur la caisse unique, balayée à 71,2% en 2007.

Rappelons que l'initiative propose de remplacer les 61 caisses maladie actuelles par une institution nationale d'assurance maladie unique avec des agences cantonales qui détermineront les primes et se chargeront de les encaisser. La Caisse nationale d'assurance accidents Suva, l'AVS ou l'assurance chômage, sont citées comme modèles d'organisation. Le texte nécessiterait d'importantes révisions de lois.

Sus à la chasse aux bons risques et au gaspillage

Les initiants - une vingtaine d'organisations et de partis, dont le PS et les Verts - estiment qu'il est temps de mettre fin au chaos engendré par la pseudo-concurrence actuelle. Les assurés, soumis à une publicité agressive, ne s'y retrouvent plus parmi les 300'000 modèles de primes et la paperasse pour changer de caisse.

Ils s'attaquent également à la chasse aux bons risques qui vise à attirer les clients les moins coûteux. Un gaspillage estimé à plus de 300 millions par an. Enfin, la caisse publique permettrait de juguler plus sérieusement les coûts à terme. Sans concurrence, la qualité des soins reviendrait au premier plan.

Une médecine étatisée?

Du côté des opposants, partis de droite et les caisses en tête, le tableau est diamétralement opposé. Selon eux, la réforme coûterait entre 1,56 et 2,15 milliards de francs. Ils brandissent le spectre d'une médecine étatisée, prétéritant les patients sans assurance complémentaire. Avec la caisse unique, il faudrait faire une croix sur le libre choix de son médecin et son hôpital, avancent-ils.

Un oui ne diminuerait donc ni les coûts de la santé ni les primes, mais au contraire «sonnerait le glas de la diversité, de l'innovation et de la qualité», estiment-ils. Il priverait aussi les patients de la liberté de choisir leur franchise et les différents modèles d'assurance proposés.

Le Conseil fédéral va dans le même sens, estimant que la concurrence entre les assureurs maladie permet de développer des modèles novateurs et de contrôler les coûts. Pour lui, le système a fait ses preuves mais doit encore être affiné, notamment grâce à la loi sur la surveillance des caisses, débattue lors de cette session d'automne.

Des caisses publiques romandes?

Le combat est acharné entre les deux camps depuis cet été. Il risque fort de tourner en faveur des opposants. Raison pour laquelle, les initiants, dont le ministre vaudois de la santé Pierre-Yves Maillard, estiment qu'un fort oui romand pourrait ouvrir la porte à des caisses publiques cantonales. Une opinion qui divise déjà la classe politique.

Mais les choses pourraient encore basculer en faveur du oui. En effet, le conseiller fédéral en charge de la santé, Alain Berset, a présenté jeudi 25 septembre les tarifs des primes maladies pour 2015. Des tarifs en hausse de 4%. Cette explosion a immédiatement fait réagir le comité pour la caisse publique qui s'est dit choqué.

«Les caisses maladie ne maîtrisent tout simplement plus la hausse des primes», selon le comité. Le système se dégrade année après année, et cela suffit. Mettons un terme à l’explosion des primes et votons OUI ce dimanche à une caisse publique.» On verra dimanche 28 septembre s'il sera entendu.

(nxp)

Créé: 28.09.2014, 11h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.