Passer au contenu principal

Une nouvelle «affaire CarPostal» aux CFF?

Le Contrôle fédéral des finances enquête sur les subventions à la police des transports. La direction aurait falsifié ses prestations pendant des années.

Quelque 190 agents de la police des transports patrouillent dans les gares et les trains suisses.
Quelque 190 agents de la police des transports patrouillent dans les gares et les trains suisses.
Keystone

Va-t-on vivre une nouvelle affaire CarPostal, mais cette fois au sein des CFF? C'est ce que laisse entendre le Tages-Anzeiger jeudi en révélant une affaire similaire, mais cette fois au sein de la police des transports des CFF (TPO).

Que se passe-t-il? Ce serait la comptabilité analytique de la TPO qui aurait mis le feu aux poudres, incitant le Contrôle fédéral des finances (CDF) à prendre des mesures. Tout comme pour CarPostal, des prestations des agents de la police ferroviaire auraient été enregistrées de manière incorrecte pendant des années, ceci via un système particulièrement complexe.

Sur instruction directe de chefs

Ces fausses manipulations présumées auraient été effectuées sur instruction directe de la haute direction. Certains chefs de département se seraient même impliqués personnellement dans cette affaire. But: obtenir davantage de subventions, accuse le CDF, selon le Tagi.

Le Contrôle fédéral des finances aurait appris ces irrégularités grâce à un lanceur d'alertes, un «Whistleblower». Le CDF vérifie la comptabilité de la police des transports depuis le mois de juin, a-t-il confirmé au Tagi. La question est de de savoir si les prestations des agents ont été correctement enregistrées, car elles déterminent directement le niveau des subventions de la Confédération et des cantons. En clair: une enquête est en cours pour savoir si la TPO a reçu trop d'argent des contribuables.

Fait troublant: le patron de la police ferroviaire, Jürg Monhart, a dû quitter abruptement son poste à la mi-août. Mais cela n'aurait rien à voir avec cette enquête, assurent les CFF.

Pour rappel, le scandale CarPostal avait éclaté le 6 février dernier. L'Office fédéral des transports (OFT) avait rendu publiques les manipulations comptables illégales de la filiale de La Poste. La constitution de caisses noires lui avait permis pendant des années d'encaisser illégalement des subventions. Suite à cette affaire, l'ensemble de la direction de CarPostal avait été licencié. La directrice de La Poste, Susanne Ruoff avait également démissionné avec effet immédiat.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.