Passer au contenu principal

Kenya«L'objectif est de résoudre ces problèmes»

La conseillère fédérale Sommaruga a assisté à la 4e assemblée des Nations Unies pour l'environnement, à Nairobi, au Kenya, mercredi.

Simonetta Sommaruga s'est rendue au Kenya pour une réunion sur le climat.

Tous les pays doivent conjuguer leurs forces pour préserver l'environnement, selon Simonetta Sommaruga. Pour son premier voyage à l'étranger en tant que cheffe du DETEC, la conseillère fédérale a assisté à la 4e assemblée des Nations Unies pour l'environnement.

«Nous voyons des forêts abattues, des espèces de plantes et d'animaux qui disparaissent. L'objectif de la Suisse est de résoudre ces problèmes et cela ne peut se faire qu'ensemble», a déclaré mercredi à Nairobi la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga à l'agence Keystone-ATS.

Une «cause de migration»

Lors de cette conférence, la Suisse oeuvre pour une meilleure protection des matières premières et pour des règles en matière de géo-ingénierie. La cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et des télécommunications (DETEC) a expliqué que son nouveau poste la confrontait à des thématiques qu'elle avait déjà traitées au Département de justice et police.

«La destruction de l'environnement est aussi une cause de la migration. Mais la migration est un sujet plus controversé. Les progrès sont plus faciles à faire dans le domaine de l'environnement».

Des millions de morts en 2050

Les décideurs politiques et chefs d'entreprises réunis à Nairobi pour l'Assemblée générale du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) sont face à une alternative radicale: réformer drastiquement l'économie mondiale pour produire mieux avec moins ou risquer un effondrement du système mondial.

«Soit nous améliorons considérablement la protection de l'environnement, soit des millions de personnes mourront prématurément dans des villes et des régions d'Asie, du Moyen-Orient et d'Afrique, d'ici à 2050», affirme un rapport présenté mercredi lors de l'assemblée. Il s'agit de l'étude environnementale la plus complète des Nations Unies, au cours des cinq dernières années. Plus de 250 scientifiques et experts de plus de 70 pays y ont travaillé.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.