L'ONU estime que la Suisse viole le droit

ApatridesEn cinq ans, le nombre de personnes apatrides a augmenté d'environ 150% à plus de 600, en Suisse.

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse viole en partie le droit international et peut mieux faire sur l'objectif mondial de mettre un terme à l'apatridie. En cinq ans, le nombre de ces personnes dans le pays a augmenté d'environ 150% à plus de 600, selon une étude de l'ONU publiée mardi à Genève.

Il reste modeste par rapport à d'autres pays, admet le bureau suisse du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) dans ce rapport. Mais il s'est étendu après l'arrivée de réfugiés kurdes et palestiniens en raison du conflit syrien. Une part grandissante de ces personnes obtient le statut de réfugié.

Selon le HCR, plus de 1000 autres personnes pourraient potentiellement être également concernées. La Suisse les identifie comme «sans nationalité» ou ressortissant d'un «Etat inconnu», des données trop diverses que le Haut-Commissariat appelle à abandonner pour le seul usage d'«apatride».

Dispositif décrié

Le HCR critique notamment le dispositif de reconnaissance des personnes apatrides en Suisse qui doit être amélioré. Considéré comme particulièrement restrictif, celui-ci n'est pas entièrement conforme au droit international. Aucune législation précise n'encadre l'apatridie et le droit suisse ne garantit ni audition, ni assistance, ni autorisation formelle de rester sur le territoire pendant la durée de la procédure.

La répartition de la charge de la preuve n'est pas non plus la même que pour les demandes d'asile. Le HCR souhaite des améliorations sur l'ensemble de ces questions.

Discussion attendue à Genève

«Même si de nombreux droits sont garantis aux personnes apatrides une fois leur statut officiellement reconnu», a affirmé la cheffe du bureau de l'agence onusienne pour la Suisse et le Liechtenstein, Anja Klug. Parmi celles-ci, une part importante sont des hommes adultes vivant dans les cantons de Berne et Zurich et bénéficient d'une autorisation d'établissement.

Autre problème, les autorités, notamment cantonales, et les acteurs importants devraient davantage faciliter l'accès à la demande de reconnaissance, insiste l'étude menée en 2017.

Parmi les solutions durables, la naturalisation facilitée n'est possible que pour les enfants. Ces conditions sont plus strictes que celles des instruments internationaux. Le HCR recommande à la Suisse de s'associer à la Convention de 1961 sur la réduction de l'apatridie.

Le monde a encore six ans pour atteindre l'objectif mondial de mettre un terme en dix ans à cette question. Au moins dix millions de personnes sont concernées dans le monde, selon les estimations. Une conférence internationale pour faire le suivi est prévue dans environ un an à Genève. (ats/nxp)

Créé: 13.11.2018, 10h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.