Les opposants au Gothard dénoncent un projet «insensé»

Votation du 28 févrierPour eux, la construction d’un deuxième tube routier se fera au détriment de projets indispensables en Suisse romande.

«Investir 3 milliards de francs pour doubler le nombre de camions dans les Alpes, c’est être perdant sur toute la ligne. Grâce au ferroutage, on peut parfaitement rénover le tunnel sans en construire un deuxième», selon la conseillère nationale Lisa Mazzone (Les Verts/GE), opposée au deuxième tube routier du Gothard (ici côté Göschenen).

«Investir 3 milliards de francs pour doubler le nombre de camions dans les Alpes, c’est être perdant sur toute la ligne. Grâce au ferroutage, on peut parfaitement rénover le tunnel sans en construire un deuxième», selon la conseillère nationale Lisa Mazzone (Les Verts/GE), opposée au deuxième tube routier du Gothard (ici côté Göschenen). Image: Mark Henley/Panos Pictures

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une très lourde charge qu’a lancée hier le Comité romand contre le 2e tube routier au Gothard, soumis au vote le 28 février. Il appelle à refuser un projet qui ne répond, estime-t-il, à aucune nécessité mais sabote les investissements colossaux consentis par la Suisse pour assurer le transfert du trafic routier sur le rail à travers les Alpes.

«Une véritable arnaque»

«Inutile, dangereux, insensé. Ce projet est une véritable escroquerie, c’est une arnaque. On est en train de tromper la population.» Caroline Beglinger, codirectrice de l’Association Transports et Environnement (ATE) et coprésidente du comité, donne le ton et dénonce avec virulence un projet obtenu de force par «le lobby routier, le lobby de la construction et les arriérés coincés dans les années 1960 qui croient à toute force que la solution passe par la voiture».

Vice-président des Vert’libéraux, Laurent Seydoux enfonce le clou: «Le lobby routier est complètement paniqué par l’ouverture des nouvelles lignes ferroviaires à travers les Alpes (NLFA). Il a peur de la concurrence, alors qu’il a là une chance unique de se réinventer. De même, les constructeurs de tunnels voient la manne du Gothard se tarir. C’est vrai que, pour eux, ce ne sera pas si facile. Il faudra qu’ils aillent construire des trous ailleurs!»

Promesse impossible

Les opposants en sont persuadés: jamais la Suisse ne pourra tenir sa promesse de ne pas doubler la capacité routière du Gothard, une fois le deuxième tube construit et le premier assaini. La pression européenne sera trop forte. Ainsi, ce projet n’est rien d’autre qu’un retour en arrière et le démantèlement de toute la politique coordonnée des transports, qui est un véritable succès, estiment-ils.

Le transfert de la route au rail est menacé

«Investir 3 milliards de francs pour doubler le nombre de camions dans les Alpes, c’est être perdant sur toute la ligne. Grâce au ferroutage, on peut parfaitement rénover le tunnel sans en construire un deuxième», assène la conseillère nationale Lisa Mazzone (Verts/GE). «Aujourd’hui, 66% des marchandises traversent les Alpes par le rail, contre 15% seulement en France. C’est un succès incroyable! Et, avec le nouveau tunnel de base ferroviaire qui sera inauguré en juin et pour lequel on a investi 24 milliards de francs, on pourra transporter jusqu’à un million de camions par an, s’enthousiasme Laurent Seydoux. Avec ce projet routier, on prend le risque de saboter nos investissements et de torpiller notre politique de ferroutage, cela me paraît une démarche insensée.»

L'argent manquera ailleurs en Suisse romande

Mais, au-delà de la question de l’utilité de ce tunnel, c’est surtout l’impact financier de ce nouvel ouvrage du siècle au Gothard qui effraie le comité romand. «Nous ne sommes pas en période de vaches grasses. Le Département fédéral des transports prépare déjà des programmes d’économies. Et l’argent qui sera investi au Gothard manquera ailleurs, et tout particulièrement en Suisse romande», avertit la sénatrice vaudoise Géraldine Savary (PS/VD). Et de pointer du doigt notamment le contournement autoroutier de Morges, ou encore le contournement de La Chaux-de-Fonds.

Les cantons concernés sont eux-aussi sceptiques

Egoïste et régionaliste, le Comité romand contre le Gothard? Il s’en défend vigoureusement. «Au Conseil des Etats, les plus sceptiques étaient les cantons de Suisse centrale, comme Uri ou Lucerne. Et le Tessin est loin d’être unanime», rappelle Géraldine Savary. «C’est un cadeau empoisonné dont la population ne veut pas», affirme Sinue Bernasconi, jeune libéral-radical du Comité tessinois contre le 2e tunnel au Gothard. Et d’avertir: «La cohésion nationale ne consiste pas à faire du Tessin une halte d’autoroute pour les vacanciers et les camions. Mais à reconnaître la spécificité de notre langue et de nos besoins économiques!»

Créé: 06.01.2016, 14h26

Articles en relation

Doubler le Gothard? Le combat reprend en force

Routes Le tunnel routier du Gothard fête ses 35 ans. L’occasion d’une visite guidée organisée par les partisans d’un deuxième tube. Reportage. Plus...

Plus de 70% de Suisses pour un 2e tunnel au Gothard

Sondage La construction d'un deuxième tunnel autoroutier au Gothard déclenche l'enthousiasme des Suisses. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.