Les opposants au secours de la liberté d'expression

Norme antihomophobieLes opposants à la loi soumise au vote le 9 février, qui prévoit de sanctionner l'homophobie au même titre que le racisme, estiment que la révision du Code pénal est une loi de censure.

Le législation à venir permettra de s'attaquer aux propos homophobes exprimés en termes généraux.

Le législation à venir permettra de s'attaquer aux propos homophobes exprimés en termes généraux. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sanctionner l'homophobie au même titre que le racisme porte atteinte à la liberté d'expression: les opposants à la loi soumise au vote le 9 février ont lancé leur campagne lundi. Selon eux, la révision du Code pénal est une loi de censure.

Le parlement a accepté en décembre 2018 d'étendre la norme antiracisme à la discrimination basée sur l'orientation sexuelle. Cette révision de la loi, partie d'une initiative parlementaire du conseiller national Mathias Reynard (PS/VS), vise à protéger la communauté homosexuelle, bisexuelle, transgenre ou intersexe (LGBTI).

Cette communauté n'a pas besoin d'une protection spéciale, a expliqué lundi devant la presse Michael Frauchiger, homosexuel déclaré, coprésident du comité opposé à la révision et membre de l'UDC du canton de Zurich. Les dispositions pénales actuelles protègent déjà suffisamment contre la violence ou la diffamation envers les homosexuels, selon lui.

Les gays, lesbiennes ou bisexuels veulent être des membres à part entière de la société et ne pas être considérés comme une minorité faible, a-t-il argumenté. Pour être accepté par la population, il faut atteindre la normalité. Un propriétaire d'hôtel doit en outre pouvoir refuser, pour des raisons de conscience, de louer une chambre à un couple homosexuel ou un boulanger de lui faire un gâteau de mariage.

Difficile à appliquer

Il est difficile d'établir à partir de quel moment un discours est haineux, a renchéri Marc Früh, membre de l'Union démocratique fédérale (UDF), parti qui a lancé le référendum avec les Jeunes UDC. «Ceci ouvre la porte à de nombreux abus et plaintes.» Des exemples à l'étranger le montrent, selon l'UDF.

Cette loi bloque la liberté d'expression et lui fait perdre tout son sens. Sous le couvert de la tolérance, elle bannit certaines opinions du discours démocratique, a ajouté la conseillère nationale Verena Herzog (UDC/TG). La tolérance ne peut pas être régie par une loi.

La loi sur laquelle le peuple est appelé à se prononcer veut compléter la législation actuelle, qui ne permet pas de s'attaquer aux propos homophobes exprimés en termes généraux. Pour pallier le problème, la norme antiraciste doit être complétée pour y ajouter l'orientation sexuelle. Cette extension ne vaudra pas pour les déclarations et les actes visant des préférences sexuelles pathologiques comme la pédophilie.

Comité LGBT

Le comité «Non à cette loi de censure» a été créé à l'origine par des gays et des lesbiennes, selon son site internet. Essentiellement alémanique, il comprend également des membres des Jeunes UDC ou PDC. Des mesures sont prises pour l'étendre à la Suisse romande, a-t-il indiqué. L'UDC est le seul parti gouvernemental à rejeter l'extension de la norme antiraciste. (ats/nxp)

Créé: 11.11.2019, 12h29

Articles en relation

Le PDC veut aussi pénaliser l'homophobie

Suisse Le Parti démocrate-chrétien s'est prononcé en faveur de l'extension de la norme antiraciste aux actes homophobes. Plus...

Votation: logements abordables et homophobie

Suisse Le 9 février 2020, la population se votera pour «Davantage de logements abordables» et contre la révision de la norme pénale antiraciste, étendue à l’homophobie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.