Palmeraies: des banques suisses pointées du doigt

IndonésieDes banques helvètes sont accusées par des ONG de liens avec deux firmes ayant établi des palmeraies dans des zones interdites.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plusieurs banques suisses sont impliquées financièrement dans la culture intensive de palmiers à huile en Indonésie, au mépris de leurs engagements environnementaux et sociaux, dénoncent deux ONG suisses. Action de Carême et Pain pour le Prochain exigent qu'elles fassent pression sur les multinationales qu'elles épaulent.

«La culture intensive de palmiers à huile est la cause la plus importante d'accaparement des terres» en Indonésie, principal producteur mondial d'huile de palme avec la Malaisie, a souligné lundi Matthias Dörnenburg, directeur ad interim d'Action de Carême. Il présentait la campagne oecuménique 2017, intitulée «La terre source de vie, pas de profit», devant les médias à Berne.

Mais l'explosion de cette monoculture entraîne d'autres dégâts: destruction des sols, monopolisation de l'eau, et menace sur l'existence des populations et des communautés indigènes notamment, comme l'a expliqué Kartini Samon, représentante indonésienne de «Grain». Cette petite ONG combat en Indonésie les plantations industrielles de palmiers à huile.

Sur la grande île de Kalimatan (partie indonésienne de Bornéo), un tiers des terres cultivables sont actuellement consacrées à cette culture, soit presque la superficie de la Suisse, précise Mme Samon. Et la progression est galopante: «Chaque minute, l'équivalent de cinq stades de football est accaparé à cette fin», illustre M. Dörnenburg.

Credit Suisse en tête

Soucieuses de dévoiler une «face cachée» du problème, les deux organisations ont présenté une étude sur les liens entre 17 banques suisses et 20 des principales entreprises actives dans la production d'huile de palme. L'analyse a été réalisée par l'organisation de recherches néerlandaise Profundo sur la période de 2009 à 2016.

Une banque se détache du peloton, largement devant la Banque cantonale zurichoise et UBS: Credit Suisse (CS) a investi sur cette période 900 millions de dollars dans des entreprises actives dans l'huile de palme. Parmi elles, Bumitama et IOI Corporation, présentes dans le Kalimantan occidental.

Or ces deux firmes ont établi leurs palmeraies «sans l'approbation préalable des villageois» et dans des zones interdites, comme des terrains pentus ou des tourbières, ont constaté les analystes de Profundo lors de leurs visites sur le terrain.

Le RSPO: «un prétexte»

Les banques helvétiques ont pourtant adhéré à des règles éthiques internationales et à des principes de l'ONU. Elles ont également adopté des directives internes qui visent ce genre d'activités afin d'éviter toutes retombées négatives.

Contacté par l'ats, CS affirme qu'il «ne développe pas de relations d'affaires avec les producteurs d'huile de palme qui ne sont pas membres de la Table ronde pour la production durable d'huile de palme (RSPO) et dont les opérations ne sont pas certifiées selon les critères de la RSPO». La RSPO constitue une exigence minimale pour cette culture, selon le WWF qui a lancé l'initiative.

Mais Kartini Samon «ne tient pas en haute estime» ce type de certification. La Table ronde reçoit «sans cesse des plaintes» de la part de communautés locales, en vain. Pour cette intervenante locale, de tels dispositifs ne sont «qu'un prétexte» pour laisser les mains libres aux multinationales et aux investisseurs.

Écrire à sa caisse de pension

En Suisse, les citoyens peuvent se sentir concernés à double titre, a encore souligné M. Dörnenburg: en tant que consommateurs, alors que d'innombrables produits courants contiennent de l'huile de palme. Mais aussi comme clients de banques et contributeurs de caisses de pension. Action de Carême et Pain pour le Prochain proposent sur leur plate-forme commune www.voir-et-agir.ch une lettre que tout un chacun peut envoyer à sa caisse de pension pour demander des précisions sur ce sujet.

Les deux ONG ont également plaidé récemment auprès de parlementaires helvétiques de tous bords politiques. Ceux-ci se sont dits prêts à intervenir au parlement pour demander l'exclusion de l'huile de palme d'un éventuel accord de libre-échange avec la Malaisie et l'Indonésie.

Comme chaque année dans le cadre de leur campagne, Pain pour le Prochain et Action de Carême ciblent une problématique, une région, et une ou plusieurs entreprises suisses liées à la thématique. Objectif: sensibiliser la population suisse au problème, lancer un appel, mais aussi lever des fonds pour soutenir les organisations sur le terrain. (ats/nxp)

Créé: 06.03.2017, 18h22

Articles en relation

Huile de palme: des enfants exploités

Amnesty L'ONG dénonce des sociétés qui vendent de l'huile produite par des enfants en Indonésie. Plus...

Berne veut garder l'huile de palme dans la discussion

Libre-échange Plusieurs milieux font campagne pour l'exclusion de l'huile de palme des négociations entre l'AELE et la Malaisie. Plus...

L'huile de palme visible sur les étiquettes dès 2016

consommation Les consommateurs sont plus exigeants et veulent connaître l'origine des produits qu'ils achètent. Ce nouvel étiquetage est harmonisé avec celui de l'Union européenne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.