Le Parc national des Grisons fête ses 100 ans

NatureLe premier parc national des Alpes souffle le 1er Août à Zernez (GR) ses 100 bougies. Sa création a été controversée mais il est aujourd’hui un joyau du patrimoine helvète. Un peu d’histoire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De quoi on parle et pourquoi?

Le 1er Août, c’est bien connu, c’est la Fête nationale suisse. Cette année, il marquera en plus les 100 ans du Parc National des Grisons. Celui-ci a en effet été inauguré le 1er août 1914, sur décision du Parlement. Une grande célébration aura lieu ce vendredi à Zernez, qui abrite la maison du Parc depuis 1968, en présence de la conseillère fédérale Doris Leuthard. Elle sera retransmise en direct sur les chaînes de la RTS. Par ailleurs, une expo nationale circule depuis le 3 mars dans 16 grands centres commerciaux de toute la Suisse. Enfin le Parc sera l'hôte d'honneur du Comptoir suisse de Lausanne en septembre.

Comment est né le parc ?

L’idée même du parc, on la doit au naturaliste bâlois Paul Sarasin, qui voulait importer en Suisse le principe d’une réserve naturelle protégée, à l’image de ce qui se pratiquait aux USA. Les initiateurs du projet jettent leur dévolu sur la Basse-Engadine, dans les Grisons. Ils souhaitent préserver l’univers montagnard de l’industrialisation galopante et veulent «créer une réserve intangible où la mécanique naturelle pourrait de nouveau se livrer aux processus mêmes qui avaient engendré dans les Alpes avant l’arrivée de l’homme, un sanctuaire inaltéré», relate la Confédération sur son site internet consacré au parc. Le bouquetin doit en devenir l'emblème.

Les débuts de Pro Natura

Mais pour financer ce projet, il faut des moyens financiers. La Ligue suisse pour la protection de la nature est fondée. Elle deviendra plus tard Pro Natura. Malgré un appel aux dons, elle ne parvient pas à récolter la somme nécessaire pour louer la vallée de Zernez et fait appel au Conseil fédéral pour qu’il finance le parc. L’affaire prend donc une tournure politique.

1914-2014, le combat est le même

Tout comme aujourd’hui, la protection de la nature fait débat auprès des politiciens. Beaucoup ne veulent rien savoir du sujet et s’offusquent des sommes allouées pour réintroduire le bouquetin. D’autres s’inquiètent aussi du retour de l’ours et du loup. Enfin certains se moquent carrément des partisans du parc: «Ces messieurs regrettent certainement que l’on n’y puisse consacrer des régions encore plus vastes ou même, pourquoi pas, le pays tout entier!». Malgré une forte opposition, le gouvernement parvient à convaincre le Parlement de prendre en charge l’intégralité des coûts et le parc est inauguré. La commission fédéral du Parc National est alors chargée d’en assurer la surveillance tandis que la Ligue suisse pour la protection de la nature a pour mission de l’exploiter.

Le bouquetin et Mussolini

Les activités centrales du parc sont désormais la réintroduction d’espèces disparues et leur observation scientifique. Avec une priorité: ramener le bouquetin, disparu de Suisse au 17e siècle, aux Grisons. Les yeux se tournent alors vers l’Italie, qui conserve quelques spécimens dans le domaine de chasse privée du roi Victor Emmanuel III. Hic: celui-ci ne veut pas céder ses bêtes malgré les demandes insistantes côté helvétique. Du coup, ce sont des braconniers italiens qui dénouent la situation en cédant quelques jeunes animaux aux Suisses. Plus tard, le dictateur italien Benito Mussolini, en souvenir de ses années d’étude à Lausanne, offrira même quelques spécimens au parc!

Le Parc National aujourd’hui

Au départ d’une superficie de 100 km2, le parc est passé rapidement à 170 km2. Le bouquetin en est toujours le roi. En effet, la population de cet animal a atteint 16'650 spécimens aujourd’hui, pour 40'000 animaux de cet espèce recensés dans l’Arc alpin. On y trouve également près de 2000 cerfs, des gypaètes barbus, et une faune et flore très variées. Reconnu depuis 1979 par l'Unesco comme une réserve de biosphère, le parc accueille environ 150'000 visiteurs par année qui se promènent sur les 80 kilomètres de chemins officiels, dont deux itinéraires alpins.

(nxp)

Créé: 01.08.2014, 08h36

Articles en relation

Le Parc national suisse fête ses 100 ans

Anniversaire Il y a 100 ans, la Confédération décidait de créer le Parc national suisse en Engadine et dans le Val Müstair - le plus ancien et le mieux protégé de l'Arc alpin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.