Passer au contenu principal

Les parents appellent en masse aux HUG

Beaucoup de parents sont inquiets pour leurs enfants. Un pédiatre des HUG fait le point. Il se montre rassurant.

Les HUG se veulent rassurants: du point de vue pédiatrique, le Covid-19 ne suscite pour l’heure pas de crainte particulière pour les médecins.
Les HUG se veulent rassurants: du point de vue pédiatrique, le Covid-19 ne suscite pour l’heure pas de crainte particulière pour les médecins.
Keystone

Quel risque le coronavirus représente-t-il pour les enfants? Depuis le début de la semaine, et en particulier depuis l’apparition des premiers cas en Suisse romande, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) reçoivent énormément d’appels de parents inquiets. «Ce virus est nouveau et c’est normal», relève Arnaud L’Huillier, chef de clinique à l’Unité d’infectiologie pédiatrique. Mais il se veut rassurant: du point de vue pédiatrique, le Covid-19 ne suscite pour l’heure pas de crainte particulière pour les médecins.

«Selon les données à notre disposition, nous avons l’impression que cette épidémie épargne les enfants, poursuit le docteur. En Chine, les moins de 20 ans ne représentent que 2% des patients. Ils sont aussi sous-représentés dans les recensements effectués dans d’autres pays.»

Est-ce parce qu’ils sont moins facilement infectés ou parce qu’ils développent peu de symptômes et, du coup, ne sont pas détectés? «C’est difficile à dire car nous manquons encore d’informations. Mais il semble en effet qu’il y a très peu de symptômes ou des symptômes légers chez les enfants infectés et, d’autre part, que ces malades récupèrent plus facilement.»

Une étude a été menée sur 44 000 patients en Chine. Parmi eux, on comptait seulement mille malades de moins de 20 ans, dont un est décédé. «Nous savons uniquement qu’il s’agit d’un enfant âgé entre 10 et 19 ans. Nous n’avons pas d’autre description. En particulier, nous ne savons pas s’il présentait d’autres pathologies et appartenait donc à un groupe à risque.»

Justement, les médecins ne peuvent pas dire si les enfants souffrant de maladies chroniques présentent un risque particulier, comme on le voit chez les adultes. «Les connaissances que nous avons de la grippe peuvent laisser penser que c’est le cas mais nous n’avons pas de chiffres.»

Pour d’autres maladies, les enfants en bas âge peuvent constituer des foyers d’épidémie. «De par leur comportement, ils sont souvent des vecteurs de transmission», confirme Arnaud L’Huillier. Impossible de dire si c’est la même chose avec le nouveau coronavirus. Selon le Genevois, il n’y a donc pas lieu de fermer des écoles à titre préventif. «Mais la situation évolue rapidement.»

Alors, que faire?

Les pédiatres recommandent aux parents d’appliquer avec leurs enfants les mêmes règles que celles valables pour le reste de la population- à savoir de se laver régulièrement les mains, d’éviter le contact avec des personnes malades, et de se moucher et tousser dans un mouchoir ou dans le creux de son bras.

Les mineurs peuvent-ils aller à l’école, à la crèche ou au supermarché? «Nous ne conseillons pas d’éviction particulière à l’heure actuelle, y compris pour ceux qui ont des maladies chroniques. Il n’est pas non plus nécessaire de leur faire porter des masques.»

Ces conseils changent si un enfant revient d’une zone à risque (notamment les régions d’Italie situées au-dessus de Florence) et présente des symptômes dans les quatorze jours suivant le retour. Là, il faut l’isoler puis contacter le pédiatre par téléphone. Pour mémoire, les symptômes sont en particulier la fièvre et la toux.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.