Passer au contenu principal

Le parlement va se pencher sur le «bric-à-brac» de La Poste

Les opposants à la politique commerciale du géant jaune vont remettre le couvert en septembre à Berne.

La vente de produits tiers dans les offices postaux constitue une concurrence frontale pour les commerçants et les PME, estiment bon nombre d’élus fédéraux.
La vente de produits tiers dans les offices postaux constitue une concurrence frontale pour les commerçants et les PME, estiment bon nombre d’élus fédéraux.
Pascal Frautschi

Il s’en est fallu d’un cheveu. Au début de cette année, par 13 voix contre 12, la Commission des télécommunications du National a refusé l’initiative parlementaire de Rudolf Joder (UDC/BE), qui demandait une modification de la loi afin que La Poste se concentre à nouveau sur son objectif entrepreneurial «au lieu de vendre de plus en plus de bric-à-brac». La Commission, néanmoins, s’est fendue d’un postulat plus nuancé – incitant l’ex-régie à «développer son offre de produits tiers de manière modérée» – que le Conseil fédéral s’est dit prêt à examiner.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.