Passer au contenu principal

Succession Didier BurkhalterUn parlementaire veut faire élire Petra Gössi

Le conseiller national UDC Ueli Giezendanner estime que la présidente du PLR est la mieux placée pour succéder à Didier Burkhalter.

Petra Gössi est la présidente du PLR Suisse.
Petra Gössi est la présidente du PLR Suisse.

Décidément, la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral est le feuilleton de l'été. Pas un jour ou presque sans que des nouvelles personnalités soient pressenties pour succéder au PLR neuchâtelois. C'est encore le cas ce mercredi, puisqu'un nouveau nom fait irruption: celui de Petra Gössi, la présidente du parti.

C'est l'idée du moins du conseiller national argovien UDC Ueli Giezendanner. Après des discussions avec ses collègues de parti, il pose ses exigences: «Nous voulons que le PLR présente un ticket à trois noms», dit-il dans l'Aargauer Zeitung. «Comme l'UDC l'a fait en 2015 lors de l'élection de Guy Parmelin». Et le parlementaire va plus loin: selon lui, il faut un représentant de toutes les régions linguistiques du pays, afin que le Parlement ait le choix. Et il verrait bien du coup la candidature de Petra Gössi pour la Suisse allemande.

Un candidat de Suisse centrale souhaité

L'homme n'a rien contre la candidature du Tessinois Ignazio Cassis, «un homme bien qui est de mon côté en tant que président de Curafutura», note le vice-président de la caisse KPT. Il n'a rien non plus contre l'autre candidate déclarée, la conseillère d'Etat vaudoise Jaqueline de Quattro, ou encore la candidate potentielle, la conseillère nationale Isabelle Moret. Le problème, c'est que la Suisse romande a obtenu un siège supplémentaire avec Guy Parmelin, au détriment de la Suisse centrale qui s'était vue évincée avec l'échec du Zougois Thomas Aeschi.

Et Petra Gössi, outre son poste de présidente du PLR, est une conseillère nationale schwytzoise, donc représentante de la Suisse centrale. «Elle est pour beaucoup la candidate idéale, et pour moi aussi», affirme Ueli Giezendanner. «C'est une femme très forte. Elle est capable de mener le PLR, elle peut aussi bien mener le Conseil fédéral», dit-il. «Je me suis retrouvé quelques fois à la télévision avec elle, elle m'a impressionné. Si elle est candidate, elle aura les deux tiers des voix de l'UDC», prétend-il.

Stratégie tessinoise pas juste

Franz Steinegger lui aussi donne son avis sur la course au Conseil fédéral. L'ancien conseiller national et président du PLR (1989-2001) estime que le Tessinois Ignazio Cassis est un candidat «valable» qui a de très bonnes chances d'être élu. «Les conditions-cadres n'ont jamais été aussi favorables pour l'élection d'un Tessinois», indique-t-il dans le Blick. Mais l'histoire a montré que ce n'est pas toujours les candidats favoris qui remportent la mise, souligne-t-il.

Le politicien estime cependant que la stratégie du PLR tessinois de ne présenter qu'un seul candidat n'est pas forcément juste tactiquement. «Il est insensé, devant la concurrence romande, de disperser les voix en faveur du Tessin». Car le risque est grand de se faire doubler par un candidat francophone au final, selon lui.

Ne pas sous-estimer les parlementaires

Franz Steinegger relativise du coup l'appartenance cantonale ou le sexe du candidat, qu'il juge importants mais secondaires. Ce qui compte à la fin, ce sont ses qualités et surtout les intérêts personnels des parlementaires. Les conseillers nationaux et les sénateurs choisissent, selon lui, la personne la plus appropriée pour la fonction mais qui fera pas obstacle à leurs ambitions.

Et l'ancien président de livrer une confidence sur Ignazio Cassis. Selon lui, les politiciens tessinois des autres partis soutiennent officiellement le candidat latin. Mais en coulisses, ils feraient tout pour éviter son élection. Ceci afin de préserver leurs chances futures à devenir eux-mêmes conseiller fédéral.

Rappelons que la direction nationale du PLR a fait savoir qu'elle souhaitait une candidature latine. Le groupe parlementaire décidera du ticket officiel le 1er septembre. L'élection aura lieu le 20 septembre.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.