Parmelin, Lucky Luke maladroit ou justicier de l'Etat?

Département militaireL'affaire du médecin en chef de l'armée continue de faire des vagues dans les commissions de gestion. Réactions politiques

Guy Parmelin.

Guy Parmelin. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Guy Parmelin dégaine plus vite que son ombre. Mais contrairement au cow-boy Lucky Luke, il ne touche pas toujours sa cible. Il a dû reconnaître lundi devant les commissions de gestion du parlement qu’il avait eu la gâchette un peu trop facile à l’encontre du médecin-chef de l’armée, Andreas Stettbacher. Ce dernier, accusé entre autres d’avoir organisé aux frais de l’Etat un repas de Noël à 500 francs par tête de pipe, a été suspendu pendant 10 mois. Trois enquêtes ont été lancées contre lui: une disciplinaire par la justice militaire, une pénale menée par le Ministère public et une administrative commanditée par Guy Parmelin.

Il y a quelques jours, machine arrière. Le Département de la défense annonçait qu’il retirait sa plainte pénale, réintégrait le divisionnaire à sa fonction et prenait ses frais en charge. La réhabilitation n’est pas totale dans la mesure où l’accusé reconnaît de son côté «n’avoir pas agi dans l’intérêt d’une saine gestion des coûts».

Hans Stöckli, président de la Commission de gestion des Etats, estime qu’il y a eu des ratés dans cette affaire. «Une suspension de 10 mois, c’est trop long. Imaginez l’enfer qu’ont dû subir l’intéressé et sa famille. Contrairement à ce qui s’était passé pour la défense sol-air, où Parmelin avait agi trop vite et sans consulter personne, ici il a suivi l’avis de son département. Notre commission va d’ailleurs enquêter plus à fond pour savoir exactement ce qui s’est passé.»

Main lourde, précipitation?

La conseillère nationale Lisa Mazzone (Les Verts/GE) trouve que Parmelin a eu la main trop lourde. «Cela met en doute sa capacité de ministre à prendre des décisions proportionnées. Et j’aimerais bien savoir quels frais exactement ont été remboursés au divisionnaire. Parmelin n’a pas voulu me répondre sur ce point.»

A droite, le conseiller national Hugues Hiltpold (PLR/GE) se montre nettement plus compréhensif. «Il n’y a pas de problème Parmelin. C’est vrai que dans ce cas il a peut-être péché par précipitation en déclenchant une enquête pénale. Mais c’est la rançon de l’action. On est toujours plus intelligent après coup.»

A l’UDC, en revanche, on soutient son ministre à 100%. Adrian Amstutz, chef du groupe parlementaire, tire à vue sur les critiques: «Parmelin a déclenché une enquête sur la demande du chef de l’armée. S’il ne l’avait pas fait, qu’aurait-on dit? Qu’il essaie de cacher les choses. Alors oui, c’est brutal pour le divisionnaire. Mais en même temps, c’est un message très clair envoyé à toute la hiérarchie militaire. Parmelin ne tolère pas qu’on gaspille l’argent de l’Etat. Il faudra d’ailleurs faire toute la lumière sur cette affaire, qui n’implique pas seulement le divisionnaire mis en cause.»

Guy Parmelin n’est pas le seul à se retrouver dans la ligne de mire des commissions de gestion. Johann Schneider-Ammann va aussi les avoir sur le dos. Elles viennent d’ouvrir une inspection sur les cautionnements fédéraux de la flotte suisse en haute mer. Des centaines de millions ont, semble-t-il, été dépensés en pure perte. Didier Burkhalter et le DFAE sont aussi concernés.

Créé: 27.09.2017, 08h31

Articles en relation

Deux crédits de Parmelin font tousser la Commission des finances

Militaire Le renouvellement des stocks de munitions (225 millions) et la prolongation de la durée de vie des F/A-18 (450 millions) suscite des interrogations. Plus...

Pourquoi Guy Parmelin évolue dans un panier de crabes

Affaires militaires Le conseiller fédéral dérange dans son département. Décryptage des luttes de pouvoir et d’argent qui minent l’armée. Plus...

Un rapport à charge accable Guy Parmelin

Armée Les commissions de gestion désavouent sévèrement le ministre pour avoir gelé le projet de défense sol-air. Le Vaudois paraît isolé. Plus...

Qui veut discréditer Parmelin?

L’éditorial Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...