Passer au contenu principal

Les partis forts occupent plus d'espace médiatique

Selon des chercheurs, la présence dans les médias d'une formation politique est proportionnelle à sa force électorale.

L'UDC est à nouveau la formation politique la plus couverte dans les médias.
L'UDC est à nouveau la formation politique la plus couverte dans les médias.
Keystone

L'UDC est à nouveau le parti avec le plus grand nombre d'articles dans les médias sur les trois derniers mois avant les élections fédérales. Globalement, les formations politiques ont une présence médiatique proche de leur force politique.

«Manière étonnamment précise»

Selon l'analyse rendue publique mercredi par l'Année Politique Suisse (APS), la présence dans les médias est la meilleure façon d'attirer l'attention lors de la campagne des élections fédérales 2019. Le projet rattaché à l'Université de Berne a passé en revue les 33 quotidiens et hebdomadaires suisses les plus diffusés.

Il n'est pas rare que des sympathisants de partis se plaignent de reportages trop rares ou même tendancieux. Cette accusation n'est pas justifiée en ce qui concerne la présence dans les médias.

Les résultats de l'analyse montrent que la proportion d'articles sur les partis parus dans la presse écrite au cours des douze semaines précédant le scrutin correspondait de «manière étonnamment précise» à la force politique du parti.

Provoquer pour exister

Jusqu'alors, l'UDC était la formation politique la plus couverte. Sa présence dans les médias n'est toutefois plus aussi dominante qu'elle l'était avant les élections il y a quatre ans. Elle comptait jusqu'à deux fois plus de reportages dans les journaux que le PS en 2015.

Des évènements médiatiques, avec parfois des provocations, permettent aux partis de renforcer leur présence dans les journaux. Selon l'APS, un cas particulier a particulièrement attiré l'attention en 2019. La présentation à la mi-août de l'affiche électorale de l'UDC avec une pomme dévorée par les vers.

Climat pas incontournable

Selon les chercheurs, l'UDC est, avec sa provocation volontaire, parvenue à attirer l'attention des médias. L'effet a été renforcé par les critiques internes du parti. Les autres partis n'ont pas réussi à imiter l'UDC, observe l'APS. La campagne «négative» sur internet du PDC ne lui a valu qu'environ la moitié des articles de journaux que l'affiche de l'UDC.

La plainte du PLR contre l'affiche du comité d'Egerkingen a davantage retenu l'attention de la presse. L'affiche accusait les membres du PLR d'avoir protégé les islamistes en Suisse. Le parti libéral-radical a porté plainte.

Le PS n'a su faire des vagues qu'avec l'élection de Ronja Jansen à la présidence de la Jeunesse socialiste. Les Verts et les Vert'libéraux ne sont pas parvenus à capitaliser en articles de journaux supplémentaires le thème du climat, pourtant sujet d'actualité de la campagne.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.