Les partis s'unissent contre l'initiative de l'UDC

«Immigration massive»Pour contrer cette «attaque frontale contre la prospérité suisse», un comité interpartis est monté mardi aux barricades en vue du scrutin du 9 février.

L'initiative de l'UDC veut réintroduire des plafonds annuels pour tous les étrangers, frontaliers et requérants d'asile.

L'initiative de l'UDC veut réintroduire des plafonds annuels pour tous les étrangers, frontaliers et requérants d'asile. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'initiative de l'UDC «contre l'immigration massive» ne résout aucun problème: elle se contente d'en créer de nouveaux. Pour contrer l'«attaque frontale contre la prospérité suisse», un comité interpartis est monté mardi aux barricades en vue du scrutin du 9 février.

Cette initiative populaire «scie la branche sur laquelle nous sommes assis», a affirmé le président du PDC Christophe Darbellay lors d'une conférence de presse à Berne. Le Valaisan était flanqué de ses homologues du PLR, des Verts, des Verts libéraux, du PBD et du PEV. Le PS, opposé lui aussi au texte, n'a pas rejoint le club car il veut mener sa propre campagne.

«Je ne crois pas exagérer en disant qu'il s'agit de la votation la plus importante de la législature», a dit Christophe Darbellay. L'initiative de l'UDC -qui veut réintroduire des plafonds annuels pour tous les étrangers, frontaliers et requérants d'asile y compris- risque de signer la fin de la libre circulation des personnes.

Au vu de la clause guillotine, elle compromettrait les autres accords bilatéraux avec l'Union européenne.

Jeu avec le feu

Impossible de prédire si Bruxelles appliquera cette clause. Mais pour la coprésidente des Verts Adèle Thorens, il ne faut pas courir le risque. «De toute façon, on ne parviendrait pas à négocier de meilleurs accords», a renchéri le patron du PBD Martin Landolt. Il n'est donc pas question de mettre en péril la seule alternative valable à une adhésion à l'UE.

Son collègue du PLR Philipp Müller a appelé lui aussi à ne pas jouer avec le feu, car «nous risquons gros; certes, nous gagnons notre pain en Suisse, mais notre bien-être se crée en Europe». Depuis la mise en vigueur des accords bilatéraux, le produit intérieur brut a connu une croissance accélérée.

Contingents lourds

L'accès direct au marché européen et à sa main d’œuvre est un facteur bénéfique pour l'économie suisse, aux yeux de Martin Landolt. En affirmant vouloir réduire l'immigration, l'UDC va en fait créer un monstre bureaucratique.

Pour réintroduire les contingents d'étrangers, il faudra engager un chapelet de fonctionnaires et de juristes. Les entrepreneurs devront en outre faire valoir à chaque recrutement qu'ils n'ont trouvé personne sur le marché national, a signalé le président des Verts libéraux Martin Bäumle.

Le Zurichois s'est plu à relever l'ironie de la situation: «l'UDC prétendument libérale en appelle à l'économie planifiée de marché basée sur des contingents». Ce système, que la Suisse a pratiqué pendant des décennies, a fait faillite, selon lui.

Malaise de la population

Ce n'est pas en contingentant les étrangers que la Suisse résoudra les problèmes, a renchéri Adèle Thorens. La Vaudoise a reconnu que dans plusieurs régions, la population rencontre des difficultés en matière de logement et de mobilité et ressent un «malaise légitime».

Pour elle, des mesures ciblées s'imposent pour améliorer la qualité de vie. «On peut apporter des réponses rationnelles aux peurs des gens, plutôt que de verser dans le populisme». D'autant que les prochains scrutins ne seront pas plus faciles avec l'initiative Ecopop qui veut restreindre le nombre d'étrangers et l'ouverture de la libre circulation à la Croatie.

«Tous les entrepreneurs, les vrais, sont de notre côté», a assuré Christophe Darbellay, contrant les dires de Christoph Blocher. Quant au patron de Trybol et conseiller aux Etats schaffhousois Thomas Minder, il prêche le oui à l'initiative, mais «il recrute ses employés en Allemagne», a conclu Martin Landolt. (ats/nxp)

Créé: 17.12.2013, 12h02

Articles en relation

Un «oui» à l'initiative de l'UDC mettrait «en péril» les accords bilatéraux

Immigraton de masse L'ambassadeur de l'Union européenne (UE) à Berne Richard Jones s'est toutefois montré confiant quant à la probabilité que l'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse serait rejetée. Plus...

L’initiative de l’UDC plombera l’économie, selon les patrons

Immigration L’Union patronale suisse monte au créneau contre l’initiative de l’UDC «contre l’immigration de masse». Selon elle, l’immigration a assuré un tiers de la croissance économique entre 2003 et 2009. Plus...

Les gouvernements cantonaux rejettent l'initiative de l'UDC

Immigration de masse Réunis en assemblée à Lucerne, les représentants des cantons recommandent de rejeter l'initiative de l'UDC «contre l'immigration de masse» soumise au vote le 9 février. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...