Le patron des CFF justifie les hausses de tarif

BilletsAndreas Meyer a expliqué ce matin pourquoi les passagers doivent payer davantage et pourquoi la Confédération ne pourra pas subventionner plus de 50% du prix du billet.

Le patron des CFF estime

Le patron des CFF estime "qu'une bonne prestation doit être payée au bon prix". Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Une bonne prestation doit être payée au bon prix». Andreas Meyer, le patron des CFF, a martelé cet adage ce matin lors d'une conférence téléphonique organisée pour dévoiler les résultats semestriels de l'entreprise.

Le directeur des CFF sait que le débat sur les prix agite le milieu politique et provoque le mécontentement des passagers. Mais il estime qu'il est nécessaire d'aborder de front «ce thème impopulaire et laid»: un plus grand réseau, avec des trains plus confortables et plus nombreux, cela se paie.

L'Etat doit-il mettre davantage la main à la poche? Cette option lui paraît peu vraisemblable car l'Etat subventionne déjà 50% du prix d'un billet de transports. «Vu le contexte économique, il est peu probable que la Confédération bénéficie de plus de rentrées fiscales», suppose Andreas Meyer.

Wagons à double étage

Le patron des CFF s'adresse donc aux passagers, et à leur porte-monnaie, pour financer les améliorations. A destination des Romands, il souligne que les CFF investissent beaucoup sur l'arc lémanique. «Nous introduisons des wagons modernes, à double étage, climatisés et plus confortables». Lyrique, il ajoute: «Je sens que les clients comprennent de plus en plus qu'ils doivent participer à l'extension de ce fantastique réseau».

Les hausses de tarif ne font-elles pas fuir les passagers? N'est-ce pas la raison pour laquelle le trafic voyageur est en baisse pour la première fois? «Faux, répond le bouillant patron des CFF. D'ailleurs les abonnements généraux sont en augmentation de 1,5%». Il explique la baisse du nombre des voyageurs par le recul du trafic touristique et de loisirs.

+ 5,2% en décembre

Dès le 9 décembre 2012, les passagers payeront leurs déplacements ferroviaire en moyenne 5,2% plus cher.

Les tarifs vont-ils encore augmenter à l'avenir et dans quelles proportions? Cela dépend des discussions à Berne au niveau politique. Andreas Meyer souhaiterait que l'on clarifie les choses concernant la participation des clients au prix du billet. «J'aimerais avoir une convention politique qui définisse clairement quelle proportion les gens doivent payer. Ce serait une grande amélioration.»

Créé: 05.09.2012, 10h40

Articles en relation

Les CFF souffrent de la crise européenne

Trafic ferroviaire Durant le premier semestre 2012, les CFF ont ressenti la pression des coûts et du ralentissement économique européen. Plus...

Les CFF perdent des passagers

Rail Pour la première fois depuis des années, les CFF enregistrent une baisse du nombre d'usagers. Plus...

Le salaire du directeur des CFF dépasse le million

Hauts revenus Après trois années de baisse, le salaire d'Andreas Meyer a repassé au-dessus de la barre du million. Le patron de la Poste Jürg Bücher a lui aussi vu son revenu augmenter. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.