Le patron des CFF est de plus en plus sur la sellette

TransportsAndreas Meyer s’attire les critiques acerbes du président du syndicat des transports et de divers parlementaires fédéraux.

Andreas Meyer (ici en novembre 2018), président de la direction des CFF.

Andreas Meyer (ici en novembre 2018), président de la direction des CFF.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le patron des CFF, Andreas Meyer, se souviendra de cette année 2019. Il affronte depuis plusieurs mois des critiques en raison des retards chroniques des trains, de l’insatisfaction des voyageurs et de son revenu qui dépasse le million de francs. Les critiques ont redoublé ce week-end suite au tragique accident qui a endeuillé les CFF. On se souvient qu’un contrôleur s’est retrouvé coincé dans une porte de train et a perdu la vie à Baden (AG), au début d’août.

Les attaques dans la presse alémanique ont commencé samedi. Giorgio Tuti, président du syndicat du personnel des transports (SEV), affirme que l’ambiance aux CFF n’est pas bonne depuis plusieurs années. La raison? «Nous avons des membres dans la direction qui prennent les uns après les autres des congés sabbatiques. Nous avons un directeur qui gagne 1 million. Ces managers essaient lors des négociations sur la convention collective d’affaiblir la protection de licenciement pour les travailleurs âgés et de réduire les primes de fidélité pour les employés.»

«Le vase déborde»

Le syndicaliste dénonce les réformes continuelles qui font fuir le personnel qualifié et provoquent le chaos dans la planification des conducteurs de train. Il reproche aussi à la direction de proclamer «la sécurité avant tout» mais de ne pas agir en conséquence. Le syndicat aurait aimé que tous les vieux wagons du type de celui de l’accident de Baden soient retirés du circuit.

Les critiques à l’égard de la direction des CFF fusent également des rangs des parlementaires fédéraux. «Le vase déborde. Il est anormal que des personnes puissent rester coincées dans une porte de train», estime le conseiller aux États Josef Dittli (PLR/UR) dans la «SonntagsZeitung». Plusieurs autres élus, comme Konrad Graber (PDC/LU) ou Werner Hösli (UDC/GL), se disent préoccupés par la situation aux CFF. Pour le conseiller national Thierry Burkart (PLR/AG), la crédibilité d’Andreas Meyer est engagée. «La Confédération, de concert avec le conseil d’administration des CFF, doit examiner quelles améliorations peuvent être apportées et si la composition du management des CFF est toujours adéquate.»

«Pas la première crise»

Andreas Meyer ne se défile pas face aux critiques. Dans une grande interview parue dans le «SonntagsBlick», il met les choses au point. D’abord il explique qu’il ne savait pas que des portes de train étaient défectueuses. Et il compte bien remédier rapidement à ce problème. Ensuite, il trouve que la question de son salaire n’a rien à voir avec l’accident de Baden.

Il estime d’ailleurs de mauvais goût que le syndicat SEV utilise l’accident pour faire avancer ses revendications salariales. Magnanime, il veut bien mettre cela sur le compte de l’émotion. Mais après treize ans à la tête des CFF, n’est-il pas temps pour lui de passer la main? «Ce n’est pas la première crise que j’affronte. Je la maîtriserai avec l’aide de mon équipe.»

Créé: 18.08.2019, 19h08

Articles en relation

À Saint-Prex, la porte d’un train coince une voyageuse

Le Matin Dimanche Deux mois avant l’accident mortel à Baden début août, un incident similaire s’est produit dans le canton de Vaud, selon un rapport fédéral d’enquête. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...