Le patron de la Poste gagnera au maximum un million

Roberto CirilloLe président du conseil d'administration Urs Schwaller veut ainsi respecter les injonctions de la Confédération

Roberto Cirillo assure: «Je suis très attaché au service public.»

Roberto Cirillo assure: «Je suis très attaché au service public.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après le scandale de CarPostal, La Poste avait besoin d’une nouvelle tête pour incarner le changement et la rédemption. Elle pense l’avoir trouvée en la personne de Roberto Cirillo, qui passait son baptême du feu mercredi à Berne devant la presse. Le manager de 48 ans, qui a mené une carrière internationale de chef d’entreprise, s’est livré à un grand numéro de charme. D’abord il a voulu montrer qu’il ne serait pas un grand patron obsédé par la rentabilité économique à tout prix. Il a rappelé son enfance tessinoise dans le petit village de Novazzano au Tessin. «Le car postal était ma porte vers le monde. Je suis très attaché au service public.» Et de sortir les violons sur la nécessité pour La Poste de «donner des chances égales à chacun», de satisfaire les jeunes et les seniors, les urbains et les citadins.

Puis il a caressé dans le sens du poil les 60'000 employés que compte le géant jaune. «Ils ne sont pas seulement le visage de La Poste, ils sont La Poste. Ce sont eux qui connaissent le mieux les besoins de la clientèle.» Du coup, il va prendre son bâton de pèlerin et aller à leur rencontre, sans oublier les syndicats et les politiciens. Toutes ces bonnes intentions sont déclinées en allemand, en français et en italien. Une prouesse que Cirillo peut encore dépasser. Il parle aussi l’anglais et l’espagnol…

Un million tout compris

Au bénéfice d’une formation d’ingénieur en génie mécanique de l’École polytechnique fédérale, passé par la Columbia Business School à New York, le nouveau patron va-t-il coûter un bras à La Poste? Urs Schwaller, le président du conseil d’administration, met les points sur les i. «Notre propriétaire (la Confédération) nous a dit que le salaire de notre dirigeant devait se monter à 1 million tout compris. Tout compris cela veut dire que les cotisations employeur pour la retraite et les prestations annexes sont incluses.» Quels sont les chantiers que le nouveau venu veut empoigner? Sur ce chapitre, Cirillo est resté plutôt flou. «Ce ne serait pas sérieux de dévoiler aujourd’hui une stratégie. Je veux d’abord connaître l’entreprise de l’intérieur.»

Malgré cette prudence de Sioux, Cirillo n’a pas caché que la transformation digitale de La Poste doit se poursuivre. Cela inclut-il le développement du vote électronique alors que la contestation politique se fait toujours plus forte? Oui. Le directeur voit dans les problèmes actuels de sécurité informatique des petites erreurs de jeunesse. «Amateurisme total», réagit à chaud l’ancien conseiller national Jean Christophe Schwaab, qui se bat pour un moratoire du vote digital.

Et le réseau postal? Cirillo clame que la proximité est une valeur fondamentale. «Mais elle ne se résume pas à une question de murs. Il faut savoir ce qui est le plus pertinent pour la clientèle.» En clair, le réseau postal devrait continuer de fondre, mais sans doute à un rythme moins élevé que par le passé.

Créé: 03.04.2019, 11h24

Articles en relation

«À la Poste aujourd’hui, c’est marche ou crève»

Revendications Plus d’une centaine de facteurs vaudois ont signé une pétition alertant sur leur mal-être au travail. Cinq d’entre eux témoignent alors que la grogne monte en Suisse romande. Plus...

La Poste est une nouvelle cible des privatisations

Stratégie Avenir Suisse lance un pavé dans la mare à l’heure où les revenus du géant jaune fondent dangereusement. Plus...

Avenir Suisse veut privatiser la poste

Étude Le groupe de réflexion libéral livre dans un rapport ses solutions pour réformer le géant jaune. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...