Pavillon solaire suisse prêt à conquérir l'Amérique

HabitatUn projet ambitieux, conçu par les étudiants de quatre hautes écoles romandes, participe à un concours international dans le Colorado.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est un bâtiment rectangulaire de 15 mètres sur 12. Sa toiture plate, végétalisée, favorise la biodiversité tout en récupérant l’eau de pluie, qui alimente notamment un lave-linge. Ses façades de bois sont équipées de 29 panneaux solaires thermiques et photovoltaïques. Et à l’intérieur, on trouve une foule de surprises. Comme les toilettes sèches qui recyclent les matières fécales par vermicompostage: des vers de terre dégradent les excréments, créant une poudre qui sert ensuite à nourrir les plantes cultivées dans les alentours.

Deux ouragans!

Cet étonnant pavillon écologique représente la Suisse au Solar Decathlon 2017, une compétition internationale qui s’ouvre ce jeudi à Denver (Colorado, Etats-Unis). Quarante-quatre étudiants issus de quatre hautes écoles romandes sont parvenus à le monter en neuf jours seulement. «Notre équipe est l’une des trois seules (ndlr: sur onze en lice) à avoir terminé dans le délai imparti, malgré des conditions météo exécrables», s’enthousiasme Marilyne Andersen, professeure en technologies durables de la construction à l’EPFL et responsable académique du projet.

Le ciel avait déjà perturbé le transport des éléments du pavillon par la mer. Les onze premiers containers ont dû résister à l’ouragan Harvey dans le port de Houston (Texas), tandis que le convoyage du douzième et dernier a été ralenti par l’ouragan Irma en Floride. Il est arrivé à Denver le 25 septembre, au soulagement de tous, relate l'équipe de communication du Swiss Living Challenge).

Approche audacieuse

Cette aventure peu commune a mobilisé dès 2015 plus de 250 étudiants de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne et de la Haute Ecole d’ingénierie de Fribourg, ainsi que de la Haute Ecole d’art et de design de Genève. Plus de 4 millions de francs y ont été investis. Objectif: concevoir le meilleur habitat, en taille réelle et parfaitement opérationnel, qui utilise le soleil comme unique source d’énergie. Un défi en dix épreuves, de l’architecture à la gestion de l’eau en passant par l’innovation et le potentiel sur le marché.

«Nous avons voulu aller plus loin que la simple maison familiale, en proposant un lieu d’échange pour tout un quartier», explique Marilyne Andersen. Exemple: le vaste espace périphérique qui joue le rôle de tampon thermique entre la partie habitable et l’extérieur peut être converti en espace communautaire et accueillir un atelier de réparation de vélos. «J’espère que cette audace sera récompensée», confie la professeure lausannoise.

Après une semaine de présentation au public et aux experts, les résultats seront proclamés entre le 12 et le 15 octobre. Pour Marilyne Andersen, la réussite est d’ores et déjà totale. «Pour gérer de bout en bout un projet aussi complexe, les étudiants ont dû se surpasser, souligne-t-elle. Ils ont acquis des compétences très importantes en termes d’interdisciplinarité, de travail en équipe et de respect des délais.»

(24 heures)

Créé: 04.10.2017, 13h41

Articles en relation

Soleil, vers de terre et partage, les dessous de la maison du futur

Demain la Suisse Des étudiants de quatre Hautes écoles romandes ont imaginé et bâti un pavillon modèle qui sera bientôt présenté aux Etats-Unis. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...