Payer 475'000 fr. pour un cancer est «justifié»

SuisseLe président de Novartis revient sur le coût d'un nouveau traitement contre le cancer.

Selon Jörg Reinhardt, les médicaments ne sont pas responsables de l'augmentation exceptionnelle des frais de la santé en Suisse.

Selon Jörg Reinhardt, les médicaments ne sont pas responsables de l'augmentation exceptionnelle des frais de la santé en Suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président de Novartis Jörg Reinhardt défend le coût du nouveau médicament contre la leucémie Kymriah qui s'élève à 475'000 francs. Une seule prise suffit, contrairement aux thérapies standard coûtant annuellement 100'000 francs, fait-il valoir.

Kymriah n'est pas seulement un comprimé, mais un processus complexe, explique Jörg Reinhardt lors d'un entretien avec le Blick publié samedi. Des cellules du patient sont prélevées, modifiées génétiquement à l'extérieur du corps puis réintégrées à l'organisme. Une procédure de longue haleine et coûteuse, ajoute-t-il. Mais les coûts sont comptabilisés uniquement si la thérapie réussit.

Des montants maximaux

A la question de savoir quels frais médicaux sont encore raisonnables pour les collectivités, Jörg Reinhardt répond que cela dépendra toujours de ce que le service public est prêt à payer. Mais les pays ne vont pas pouvoir éviter de formuler des montants maximaux, complète le président du conseil d'administration.

La Grande-Bretagne a ainsi statué que les coûts pour une année ne devaient pas s'élever à plus de 50'000 francs, illustre-t-il. Et de souligner parallèlement qu'aux Etats-Unis, le principe de solidarité est moins présent qu'en Europe.

Augmentation exceptionnelle

Selon le défenseur de la pharma, les médicaments ne sont pas responsables de l'augmentation exceptionnelle des frais de la santé en Suisse, car ils ne suivent pas la même hausse. Cette croissance sera interrompue lorsqu'on cessera de cibler les 10% de ces coûts liés aux médicaments, et qu'on s'attaquera par exemple aux «diagnostics inutiles, surtraitements ou recours aux appareils techniques».

Novartis estime à environ 600 par année le nombre de patients qui pourraient être candidats à la thérapie Kymriah. L'été dernier, la firme bâloise a déjà obtenu l'autorisation des autorités sanitaires américaines pour son nouveau traitement. La thérapie cellulaire Kymriah est utilisée auprès des enfants et jeunes adultes dans le traitement de la leucémie aiguë lymphoblastique de type B. (ats/nxp)

Créé: 09.12.2017, 08h55

Articles en relation

Novartis poursuivi pour tromperie sur le Voltaren

Australie Le groupe suisse est accusé avec le britannique GlaxoSmithKline de déclarations «fausses ou trompeuses». Plus...

Novartis va biffer 160 emplois en Allemagne

Pharma Le groupe bâlois va supprimer une partie des postes de son site allemand de Wehr. Plus...

Novartis se renforce dans l'oncologie

Pharma Le groupe bâlois va débourser 3,9 milliards de dollars pour l'entreprise française Advanced Accelerator Applications (AAA). Plus...

Novartis voit sa rentabilité reculer légèrement

Pharma Sur les neuf premiers mois de 2017, le bénéfice net du groupe pharmaceutique bâlois s'est effrité de 1% tandis que le le chiffre d'affaires a stagné. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...