«Payer des congés gratuits à quelques papas? Non!»

Assurance socialeUn comité interpartis lance un référendum contre le congé paternité de 2 semaines jugé «coûteux et bureaucratique»

Image: Unsplash

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Grosse surprise à Berne. Alors qu’on pensait que le congé paternité de deux semaines, voté par le parlement en septembre, était plié, il n’en est rien. Un comité interpartis issu des partis bourgeois est sorti du bois vendredi pour lancer un référendum. Il part en guerre contre cette nouvelle prestation sociale jugée coûteuse, bureaucratique et injuste. Pourquoi injuste? «Tous les salariés vont être ponctionnés pour offrir des vacances à quelques-uns», clame Diana Gutjahr, vice-présidente de l’Union des arts et métiers (USAM) et conseillère nationale UDC. Un slogan qui est répété sur les affiches chocs de campagne. On y voit un jeune employé effaré par les retenues sur sa feuille de salaire alors qu’un quadragénaire, une lolette dans la bouche, respire la satisfaction de vivre au crochet (hochet?) des autres.

Patrick Eugster, vice-président des jeunes PLR de Zurich, estime que les prélèvements de l’État en faveur des assurances sociales atteignent des sommets. «Quand je suis né, chacun devait travailler jusqu’en mai pour l’État avant de pouvoir garder le produit de son travail. Aujourd’hui, il faut travailler jusqu’à la mi-juin.» Et la situation continue, selon lui, d’empirer. «Cette maximisation des prestations sociales met en danger les entreprises, s’énerve l’ancien conseiller national PDC Arthur Loepfe. Pour que le père prenne un congé paternité, encore faut-il qu’il reste une place de travail!» Il précise cependant qu’il est en revanche pour le congé maternité.

Un Vaudois, pas de Genevois

Une chose frappe: il n’y a pas de francophone à cette conférence de presse. Ce référendum est-il uniquement alémanique? Non, on trouve quelques rares Romands dans la liste des membres du comité référendaire. Pas de Genevois mais le conseiller national UDC vaudois Jean-Pierre Grin. Qu’est-ce qui l’a motivé à partir en guerre contre ce mini-congé paternité? «C’est en discutant avec des entrepreneurs. Ils m’ont dit que deux semaines de congé paternité, c’est trop. Ils seraient d’accord pour quelques jours. Là, on donne tout sur un plateau et il n’y a aucune marge de manœuvre.» Il ne croit pas non plus que la présence du père soit à ce point primordiale au début. «L’enfant a plus besoin de son père pendant l’adolescence que deux semaines après sa naissance. Et si on veut être là, eh bien on prend une semaine de vacances».

Cette argumentation désespère un brin Philippe Gnägi, vice-président de l’association «Le congé paternité maintenant!» et directeur de Pro Familia Suisse. «Pour moi, il est important que les parents puissent concilier le travail et la vie de famille. En tant que PLR, je déplore que certaines personnes continuent de perpétuer le schéma de la femme au foyer qui s’occupe seule des enfants. Il faut savoir que 80% des femmes travaillent!» Les référendaires ont jusqu’au 23 janvier pour recueillir 50'000 signatures. Comme ils ont eu du retard à l’allumage, disposent-ils d’un trésor de guerre pour payer la récolte des paraphes? La réponse de Diana Gutjahr est plutôt évasive. Ce qui est sûr, c’est que parmi les membres du comité référendaire il y a des personnes qui possèdent plusieurs centaines de millions. Qui? D’abord le banquier entrepreneur et conseiller national UDC Thomas Matter. Et si cela ne suffit pas, il y a aussi un rentier célèbre dont la fortune dépasse le milliard: un certain Christoph Blocher.

Avec des parrains pareils, le référendum a des chances d’aboutir, même s’il doit affronter la difficile période des fêtes de fin d’année. On pourrait donc voter sur cet objet dans le courant de l’année 2020. Se prononcera-t-on en même temps sur l’initiative qui demandait 4 semaines de congé? Non. Selon les initiants, on vote d’abord sur le contre-projet du parlement à 2 semaines. Si celui-ci échoue dans les urnes face au référendum, alors l’initiative des 4 semaines sera soumise à un vote ultérieur.

Créé: 08.11.2019, 19h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.