Passer au contenu principal

Payés pour pirater le vote électronique de La Poste

Le système sera soumis dès ce lundi à un test d'intrusion par des hackers. Pas de quoi faire taire les critiques.

Les meilleurs se répartiront un prix de 250'000 francs, en fonction de la rapidité et du niveau de gravité de la faille détectée. Image d'illustration.
Les meilleurs se répartiront un prix de 250'000 francs, en fonction de la rapidité et du niveau de gravité de la faille détectée. Image d'illustration.
AFP

Comment savoir si un système informatique est infaillible? En proposant aux hackers du monde entier de l’attaquer, contre rémunération. C’est en tout cas l’idée de la Confédération et de La Poste Suisse pour tester la fiabilité de son programme de vote électronique. Du 25 février au 24 mars, le système d’e-voting destiné notamment au Canton de Neuchâtel dès 2020 sera soumis à un véritable stress test: pendant un mois, les pirates informatiques auront le loisir de lancer des attaques contre le système, en tentant de manipuler les résultats d’un scrutin fictif, de lire les suffrages exprimés, de violer le secret du vote ou encore de mettre hors service les dispositifs de sécurité.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.