Les délégués du PDC rejettent l'initiative de la Marche blanche

SurpriseLes délégués du parti se sont prononcés samedi à Zoug en faveur de l'achat de l'avion de combat. Par contre, ils disent non à l'initiative sur les pédophiles.

L'assemblée des délégués PDC réunie samedi à Zoug a désavoué le président du parti Christophe Darbellay.

L'assemblée des délégués PDC réunie samedi à Zoug a désavoué le président du parti Christophe Darbellay. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les délégués du PDC ont créé la surprise samedi en rejetant l'initiative de la Marche blanche sur les pédophiles. Ils se sont prononcés contre l'avis de la direction du parti, convaincus de l'efficacité de la révision de loi approuvée par les Chambres. Ils ont en revanche suivi leurs dirigeants en soutenant l'achat du Gripen.

Réunis à Zoug, les délégués démocrates-chrétiens ont largement approuvé l'acquisition de l'avion de chasse suédois, soumis au peuple le 18 mai. «Nous voulons une armée crédible», a déclaré la conseillère nationale lucernoise Ida Glanzmann à la tribune. «Le Gripen est le bon avion au bon prix.» L'assemblée a suivi son avis par 171 voix contre 60.

Seule à défendre le «non», la présidente des Femmes PDC Babette Sigg Frank (ZH) a plaidé en vain pour un réexamen préalable des besoins de l'armée avant d'acheter le Gripen.

Défaite de Christophe Darbellay

Le moment fort de l'assemblée a toutefois eu lieu lors du débat sur l'initiative de la Marche blanche. Par 119 voix contre 106 et 8 abstentions, les délégués ont infligé une défaite à la direction du parti et à leur président Christophe Darbellay, membre du comité soutenant l'initiative.

Dans un débat long et nourri, la majorité des intervenants - parlementaires fédéraux et Femmes PDC en tête - a dénoncé un texte «superflu», «imprécis», «disproportionné» et «contraire à l'Etat de droit». Ils ont défendu la révision de loi du Parlement, prête à entrer en vigueur en 2015. Un texte plus efficace selon eux et qui lutte aussi contre les actes de violence commis contre les enfants.

En vain, la conseillère aux Etats thurgovienne Brigitte Häberli a défendu les arguments de la direction du parti, soulignant que la protection de l'enfant doit avoir la «priorité absolue». Selon elle, la loi révisée restreint l'interdiction faite aux pédophiles condamnés de travailler avec des enfants alors que l'initiative ne fait aucune exception.

«Non» à la caisse unique

Le PDC s'était déjà prononcé sur les deux autres objets de votation du 18 mai. Les délégués ont rejeté en janvier l'initiative pour un salaire minimum. La direction du parti a en outre approuvé vendredi l'arrêté sur la médecine de famille.

Les démocrates-chrétiens ont encore donné samedi un troisième mot d'ordre concernant un objet qui sera soumis au peuple ultérieurement. Ils ont nettement rejeté, par 179 voix contre 46, l'initiative pour une caisse maladie unique. Les arguments du directeur vaudois de la santé Pierre-Yves Maillard (PS) n'ont pas convaincu.

Pas d'alternative à l'Europe

En début d'assemblée, Christophe Darbellay a défendu le succès suisse de la voie bilatérale avec l'Union européenne. Selon lui, les Helvètes devront peut-être se prononcer à nouveau sur le sujet en choisissant entre la mise en oeuvre de l'initiative sur l'immigration de masse et les accords bilatéraux.

«Une seule chose est claire: la droite veut fermer les frontières et nous isoler. Cela aurait des conséquences dévastatrices», a mis en garde le conseiller national valaisan. «La gauche, elle, préférerait adhérer demain déjà à l'UE.» Une option que le président du PDC a aussi rejetée.

Egalement présente à Zoug, Doris Leuthard a appelé à ne pas mettre en danger la prospérité du pays. «Nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis et ne nous souvenons plus de ce qui nous a apporté la prospérité, de ce qui fait notre succès et a contribué à la bonne réputation de notre pays», a averti la conseillère fédérale démocrate-chrétienne, ajoutant qu'il n'existe aucune alternative à la collaboration avec l'UE.

L'assemblée a en outre désigné un successeur à Urs Schwaller au sein de la présidence du parti. Le sénateur fribourgeois et ancien chef du groupe parlementaire a été ovationné debout et honoré par le nouveau chef de groupe Filippo Lombardi, avant l'élection par acclamation du conseiller national soleurois Stefan Müller-Altermatt. (ats/nxp)

Créé: 12.04.2014, 13h49

Galerie photo

Votations du 18 mai  2014: sondage du 11 avril en graphiques

Votations du 18 mai 2014: sondage du 11 avril en graphiques sur le Gripen, la pédophilie, les salaires minimums, la médecine de famille

Articles en relation

Pour l'instant, non au Gripen et au salaire minimum

Votations Le financement des avions Gripen et l'initiative sur les salaires minimums seraient refusés, selon le premier sondage SSR publié. Large soutien à l'initiative sur les pédophiles. Plus...

Pas de «plan B» en cas de «non» au Gripen

Votation du 18 mai La commission de politique de sécurité du Conseil des Etats a tenu à faire le point après l'annonce du président de la commission analogue du National de la possibilité d'un plan B si le Gripen est refusé le 18 mai. Plus...

La campagne sur le Gripen et ses couacs à répétition

Votation 18 mai Dès son choix par le Conseil fédéral, le Gripen, sur lequel les Suisses se prononceront le 18 mai, a connu de nombreux couacs et suscité des controverses. Plus...

«Tous les délinquants sexuels ne sont pas des Marc Dutroux»

Votations du 18 mai Le professeur Philip Jaffé, docteur en psychologie à l'Uni de Genève, évoque le climat qui entoure l'initiative de la Marche blanche sur les pédophiles et les problèmes que pose le texte, auquel il est opposé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.