Passer au contenu principal

Succession LeuthardLe PDC présentera au moins une femme

Les candidats auront jusqu'au 25 octobre pour sortir du bois, a expliqué la direction du parti. Il y aura au moins une femme sur le ticket.

Le président du PDC Gerhard Pfister et le chef du groupe parlementaire Filippo Lombardi ont expliqué vendredi devant la presse e processus de nomination à la succession de la conseillère fédérale Doris Leuthard. Les candidats auront jusqu'au 25 octobre pour sortir du bois et être choisis par les sections cantonales. Il y aura au moins une femme sur le ticket, ont-ils assuré.

La course sera ouverte à tous les cantons, pas seulement ceux de l'est de la Suisse ou de Suisse centrale, a précisé Filippo Lombardi. «L'évaluation politique sera faite ensuite.» Un comité de sélection interne au parti, présidé par le Tessinois et Gerhard Pfister et composé des conseillers nationaux Ida Glanzmann (LU), Jean-Paul Gschwind (JU), Markus Ritter (SG), ainsi que des sénateurs Brigitte Häberli (TG) et Beat Vonlanthen (FR) choisira ses poulains. Il décidera aussi si le ticket présentera un, deux ou trois noms.

Devant des juges

Ceux-ci seront ensuite auditionnés par une commission d'examen externe et indépendante dirigée par l'ancien juge fédéral Heinz Aemisegger et l'ancienne juge d'instruction Judith Fischer. La commission mènera des entretiens confidentiels avec les papables, mais devra obtenir l'accord des candidats pour effectuer des recherches. Elle signalera s'il y a des questions ouvertes à approfondir sans toutefois entrer dans les détails, ont indiqué les deux hommes. Il s'agit de laisser la possibilité aux candidats de se retirer sans que le contenu de l'enquête soit rendu public. La commission fera ensuite part de ses conclusions au comité de sélection.

Les candidats seront ensuite auditionnés par le groupe parlementaire PDC aux Chambres. Celui-ci décidera lors de sa séance des 16 et 17 novembre ceux et celles qu’il proposera à l’Assemblée fédérale.Les auditions dans les autres groupes pourront ensuite commencé dès le 27 novembre. Pour rappel, l'élection au Conseil fédéral se tiendra le 5 décembre.

Quant aux qualités que devra avoir le ou la futur-e ministre, Gerhard Pfister a estimé qu'il devrait être un bon conseiller fédéral, avec une bonne maîtrise des dossiers et des qualités de commandement, sans forcément une expérience de direction. Il faudra qu'il ou elle soit collégial. En outre, il ou elle devra être plurilingue, intègre et compétent.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.