Peines confirmées pour le crime de Frasses

FribourgUn ressortissant italien d'origine kosovare avait été abattu en 2013. Le Tribunal fédéral vient de confirmer les condamnations des auteurs des faits.

Un père de famille avait été abattu devant son garage, en mai 2013.

Un père de famille avait été abattu devant son garage, en mai 2013. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal fédéral confirme les condamnations prononcées par la justice fribourgeoise contre les deux hommes impliqués dans le crime de Frasses. Le premier, toujours en fuite, avait écopé de 20 ans de prison pour assassinat et le second de 9 ans pour complicité.

Dans un arrêt publié mardi, la haute cour rejette l'argumentation du Kosovar selon laquelle il aurait agi comme complice, et non comme coauteur de l'assassinat. L'homme affirmait qu'il n'avait pas joué un rôle dans l'organisation, la planification et l'exécution du crime. Il n'aurait été que «missionné», avec des tâches précises.

Vu la manière dont ce recourant a participé à la préparation et à l'assassinat, la justice fribourgeoise pouvait le considérer comme coauteur, même s'il n'a pas tiré lui-même sur la victime, ajoute le Tribunal fédéral. Celui-ci voit dans ce meurtre planifié par pure vengeance clanique contre un membre d'une famille rivale «l'archétype de l'assassinat».

L'ombre du «Kanun»

L'argument du «Kanun», soit le code coutumier voulant que la mort d'un homme soit vengée par la mort d'un autre homme, ne permet pas de légitimer en Suisse un homicide, soulignent les juges de Mon Repos.

Concernant le second recourant, le Tribunal fédéral se rallie à l'appréciation de la justice fribourgeoise qui estimait que ce Macédonien n'avait pas agi sous l'effet de la peur.

Les faits remontent au 11 mai 2013, quand un ressortissant italien d'origine kosovare, âgé de 36 ans, avait été criblé de balles devant le garage de sa maison à Frasses. La victime venait de rentrer en voiture avec son épouse et leurs quatre enfants.

Long conflit sanglant

Le crime était une vengeance s'inscrivant dans un long conflit sanglant entre des familles suspectées de trafic de stupéfiants, qui a fait de nombreuses victimes au Kosovo, dont plusieurs enfants. Le Kosovar condamné pour assassinat a perdu son frère en 2003 dans le cadre de ce conflit.

En première instance, les deux recourants avaient écopé de la prison à vie pour assassinat. En 2017, le Kosovar s'était évadé de la prison centrale de Fribourg. En juillet 2018, la Cour d'appel pénal a réduit les peines à 20 ans et 9 ans de détention. Ce sont ces condamnations qui ont été confirmées par le Tribunal fédéral. (arrêts 6B_1089/2018 et 6B_1097/2018 du 24 janvier 2019) (ats/nxp)

Créé: 05.03.2019, 11h47

Articles en relation

Coup de théâtre dans le procès de Frasses

Fribourg Les deux hommes accusés de l'homicide d'un jeune père de famille en 2013 ont vu leurs peines réduites en appel. Plus...

Homicide de Frasses: la défense se fait entendre

Canton de Fribourg Les avocats de la défense ont demandé une révision du jugement de première instance, qui avait condamné les deux recourants à la prison à vie pour assassinat. Plus...

La cour d'appel se penche sur l'homicide de Frasses

Canton de Fribourg Les deux hommes, originaires respectivement de Macédoine et du Kosovo, avaient été condamnés début 2016 en première instance à la prison à vie pour assassinat. Plus...

Gardien viré après l'évasion du tueur de Frasses

Canton de Fribourg Une enquête administrative a été ouverte après l'évasion d'un dangereux détenu il y a une dizaine de jours. Plus...

L'un des assassins de Frasses s'évade de prison

Fribourg Un Kosovar de 35 ans a pris la poudre d'escampette dans la nuit de vendredi à samedi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.