Une pénurie de médecins guette en Suisse

SantéLe vice-président de la Fédération des médecins suisses estime que le pays pourrait manquer de spécialistes à l'avenir.

Le nombre de médecins qui travaillent en Suisse était en faible croissance en 2019. (Photo d'illustration)

Le nombre de médecins qui travaillent en Suisse était en faible croissance en 2019. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que la population vieillit, le nombre de médecins spécialisés en Suisse est en passe de stagner. «La main-d'œuvre pourrait encore se raréfier», selon les statistiques médicales 2019.

L'année dernière, 37'882 médecins ont travaillé en Suisse. C'est 357 ou 1% de plus que l'année précédente. La tendance à une croissance toujours plus faible se dessine: en 2015, le nombre de médecins a augmenté de 977, après quoi il a régulièrement diminué pour atteindre 625 en 2018.

La Suisse est ainsi fortement dépendante de spécialistes étrangers. Ils représentent plus d'un tiers ou 36,3% de cette branche, en hausse de 0,9%. L'Allemagne fournit de loin la plus grande proportion de mercenaires médicaux, soit plus de la moitié, avec 7347 médecins.

L'Italie est le deuxième pays de provenance avec près de 10%. Viennent ensuite les médecins français, en hausse de 3 à 6,9% tandis que leurs collègues autrichiens suivent le chemin inverse, de 11 à 6%.

Les médecins vieillissent aussi

L'augmentation plus faible du nombre de professionnels de la santé suisses ne peut pas être compensée par des médecins venant d'autres pays, estime le vice-président de la Fédération des médecins suisses (FMH), Christoph Bosshard, dans le «Bulletin des médecins suisses»: les pays voisins en ont besoin eux-mêmes.

«Je crains qu'à l'avenir, il devienne de plus en plus difficile d'avoir suffisamment de travailleurs qualifiés dans notre pays», déclare Christoph Bosshard. La pyramide des âges dans cette profession n'est pas rassurante: un tiers des médecins travaillant en cabinet ont 60 ans ou plus; dans le secteur hospitalier, c'est 10%. Le développement du travail à temps partiel assèche aussi le bassin de médecins disponibles.

L'heure des femmes est encore à venir

La proportion de femmes a augmenté d'environ quatre points de pourcentage et est désormais de 46%. Les femmes médecins sont les plus nombreuses dans les secteurs comme la gynécologie, la pédiatrie et la psychiatrie pour les enfants et les adolescents. Partout ailleurs, les hommes sont plus nombreux, en particulier dans les disciplines chirurgicales, où ils sont quatre fois plus que leurs collègues féminines.

Les femmes sont motivées à choisir la médecine: en 2019, il y avait 3169 étudiantes contre 1786 camarades au niveau du bachelor en médecine humaine; une fois en master, les niveaux s'équilibrent avec 1956 femmes et 1366 hommes.

La densité de médecins en équivalent plein temps en Suisse est de 3,9 pour 1000 habitants, soit 0,1% de plus que l'année précédente. Ce chiffre est légèrement supérieur à la moyenne de l'OCDE de 3,6 médecins pour 1000 habitants, mais inférieur à celui de l'Allemagne avec 4,2 et de l'Autriche avec 5,1. Avec 4 médecins pour 1000 habitants, l'Italie a à peu près la même densité que la Suisse, la France, avec 3,1, est en dessous. (ats/nxp)

Créé: 25.03.2020, 22h06

Articles en relation

Le personnel de santé est applaudi en Suisse

Coronavirus De nombreuses personnes ont manifesté ce vendredi leur soutien aux médecins, ambulanciers et infirmiers engagés dans la lutte contre le coronavirus. Plus...

Limitation de l'offre médicale: épilogue proche

Suisse Le Conseil des Etats s'est rallié au National pour donner un droit de regard aux assureurs dans le projet visant à limiter l'installation de nouveaux médecins. Plus...

Pénurie de médecins: situation valaisanne «alarmante»

Valais Face au manque de docteurs, la Société médicale du Valais déclare «l'état d'urgence dans le Haut-Valais» et de «situation à risque» dans le Valais romand. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.