Passer au contenu principal

Regula Rytz: «Les Verts sont prêts à prendre leurs responsabilités»

Si les Verts dépassent le PDC lors des élections, leur présidente est prête à revendiquer un siège au Conseil fédéral.

Regula Rytz (Verts/BE) est la présidente du parti.
Regula Rytz (Verts/BE) est la présidente du parti.
Keystone

Les Verts réalisent la plus forte progression de notre sondage Tamedia (éditeur de notre titre) sur la force électorale des partis. S'ils continuent sur leur lancée, ils pourraient dépasser le PDC. Interview de leur présidente, Regula Rytz.

----------

A lire aussi: Les Verts sont aux portes du Conseil fédéral

----------

Vous pourriez devenir la quatrième force du pays. Allez-vous revendiquer un siège au Conseil fédéral?

La formule magique dit que les trois plus grands partis ont droit à deux sièges, et le quatrième à un. Donc il est légitime de se poser la question. Il s’agit toutefois de sondage, et pour nous l’essentiel est avant tout d’avoir le plus de représentants au Parlement et de trouver des alliances pour faire avancer nos idées en faveur de l’environnement, mais aussi de plus de justice sociale.

Vous n’avez pas l’air très enthousiaste… Ca vous fait peur de gouverner, vous préférez l’opposition?

Pas du tout. Les Verts sont prêts à prendre leurs responsabilités. Moi même j’ai été huit ans dans l’Exécutif de la ville de Berne. C’est une expérience très enrichissante et on peut agir concrètement sur des dossiers. Ce que je veux dire c’est que le seul résultat qui compte c’est celui des élections d’octobre 2019. D’ici-là, je ne ne veux pas tirer de plans sur la comète.

Auriez-vous des candidats pour le poste?

Bien sûr. Nous avons de nombreuses personnalités compétentes, que ce soit parmi les membres du groupe parlementaire ou dans les cantons, par exemple Bernhard Pulver. Il a été pendant douze ans au Gouvernement bernois, et son travail a été reconnu par tout le monde. Il préside d’ailleurs aujourd’hui le conseil d’administration de l’hôpital de l’île à Berne, le premier employeur du canton.

Prendre un siège au PDC, ce serait un autogoal, non?

Parmi les partis bourgeois, c’est en effet celui avec qui il est le plus facile de travailler. Une nouvelle orientation du Conseil fédéral ne serait possible que si nous parvenions à renverser la majorité PLR-UDC. Ainsi nous pourrions non seulement agir en faveur de l’environnement, mais aussi en faveur d’une Suisse plus ouverte et humaniste.

Cette avancée des Verts n’est-elle pas juste “saisonnière”. On parle beaucoup du climat, alors on est prêt à voter pour des écologistes?

Je ne pense pas. Cette fois c’est différent. Le dernier été a été très sec et il a marqué les gens, mais la progression des Verts est plus ancienne. Ces dernières années nous avons remporté des succès dans plusieurs cantons. Je vois ce bon résultat comme le fruit d’un important travail sur le terrain et de notre crédibilité sur la transition écologique, qui est le grand enjeu du siècle.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.