Le personnel apprend la faillite en rentrant de vacances

GenèveLes employés de la société genevoise de construction BPH ont eu une très mauvaise surprise.

Image: S.S.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La chronologie de l'histoire a de quoi surprendre. Le 17 décembre, le Tribunal de première instance prononce la faillite de la société genevoise de construction BPH. Pourtant, comme l'ont révélé plusieurs syndicats lors d'une conférence de presse jeudi matin, les employés affirment n'avoir appris la nouvelle qu'à leur retour de vacances, entre le 18 et le 20 janvier. Comment est-ce possible?

Thierry Ninet travaillait sur un chantier à Plan-les-Ouates. Le 18 janvier, il se présente comme d'habitude. «Mais le patron est venu nous voir sur place pour nous expliquer qu'il était en faillite, et qu'il ne savait pas exactement où il en était, qu'il envisageait de faire appel et pourrait peut-être prolonger la survie de l'entreprise». Tous n'ont pas eu la chance de voir le patron en chair et en os, et ont appris la mauvaise nouvelle par téléphone, grâce à des collègues.

«Un manque de respect»

«Aucune communication n'a été faite, c'est une irresponsabilité absolue de la part des employeurs, un manque de respect», s'indigne Umberto Bandiera, secrétaire syndical d'Unia Genève.

Dès que la faillite est prononcée, l'Office des faillites doit exécuter immédiatement le jugement et prendre toutes les mesures conservatoires, comme le licenciement du personnel, la fermeture du commerce, le séquestre des comptes bancaires etc. Mais l'Office ne peut le faire que dès communication de l'ouverture de la faillite par le Tribunal, qui selon nos informations, n'a communiqué qu'après les Fêtes.

Selon la Loi sur l'assurance-chômage, les employés d'une entreprise en faillite ont droit sous condition à des indemnités couvrant «les créances de salaire portant sur les quatre derniers mois (...) L'indemnité couvre exceptionnellement les créances de salaire nées après la déclaration de faillite dans la mesure où l'assuré, en toute bonne foi, ne pouvait pas savoir que la faillite avait été prononcée.»

Nous n'avons pas pu joindre le directeur de BPH.

Créé: 28.01.2016, 16h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.