Le peuple accepte l'initiative de Franz Weber

Résidences secondairesLa construction de résidence secondaire va subir un coup d'arrêt en Suisse. Au terme d'une campagne émotionnelle, le corps électoral a accepté dimanche l'initiative populaire de Franz Weber par 50,6% des voix.

Chargement du graphique...

Les Suisse ont décidé dimanche de freiner le mitage du paysage.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est la grande surprise des scrutins fédéraux de ce dimanche: le peuple a accepté de justesse l'initiative «pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaires».

L'initiative de Franz Weber a été acceptée par 1,15 million de personnes. Un peu plus de 1,12 million d'autres l'ont refusée.

Contre l'avis des autorités et du tourisme

L'opposition réunie du Conseil fédéral, du Parlement, des cantons, des milieux touristiques et économiques n'a pas suffit à faire pencher la balance. Les régions urbaines et de plaine ont réussi à imposer leur loi.

En tête de liste, Bâle-Ville a dit «oui» à 62,1% des voix, suivi de Schaffhouse, avec 57,3%, et de Bâle-Campagne, avec 56,7%. En Suisse romande, le soutien le plus marqué a été enregistré à Genève, avec 56% de citoyens favorables, suivi de Neuchâtel, avec 55,3%.

Valais champion du non

L'acceptation des Jurassiens s'est inscrite à 53,9%, celle des Vaudois à 52,6%. Le soutien des Fribourgeois est tombé du bout des lèvres, avec 50,8%. Dans le canton de Berne, malgré l'Oberland, le «oui» a primé avec un score de 54,9%.

A l'inverse, le Valais s'est distingué, comme prévu, par l'opposition la plus farouche, avec 73,8% de «non». Il est suivi d'Uri (61,4%), d'Obwald (58,6%) et de Nidwald (58,1%). Fortement touchés aussi par le phénomène des «lits froids», les Grisons se sont montrés un peu moins réticents à l'initiative, avec tout de même 57,3% de «non».

20% au plus

L'initiative, lancée par la Fondation Helvetia Nostra de Franz Weber, impose une limite maximale de 20% du parc des logements de chaque commune. Elle oblige les communes à rendre compte chaque année du respect des limitations et à publier un plan montrant quels logements sont utilisés en permanence.

Dans environ un quart des communes, la part des logements de vacances dépasse déjà un cinquième de la surface habitable. C'est le cas dans les régions touristiques du Valais, des Grisons, du Tessin, de Berne et de Vaud. Il existe déjà plus de 500'000 résidences secondaires dans les Alpes suisses.

La révision de la loi sur l'aménagement du territoire, en vigueur depuis juillet, n'a manifestement pas paru suffisante à la majorité pour lutter contre la surconstruction. Elle contraint cantons et communes à prendre des mesures pour limiter le nombre de nouvelles résidences secondaires et en améliorer le taux d'occupation, mais leur laisse beaucoup de latitude. (ats/nxp)

Créé: 11.03.2012, 16h29

Dossiers

Articles en relation

Franz Weber: «Nous gagnerons de toute façon!»

Votations fédérales Le bouillant écologiste estime que sa cause est gagnée en tous les cas. Quel que soit le sort de son initiative. Plus...

Franz Weber et le prix unique de livre en perte de vitesse

Votations fédérales Les Suisses ne sont plus que 52% à soutenir l’initiative de Franz Weber contre les résidences secondaires, selon le 2e sondage SSR sur les votations du 11 mars. Le prix unique du livre est également en perte de vitesse. Plus...

Peter Bodenmann va plus loin que Franz Weber

Votations du 11 mars L’ancien président du Parti socialiste suggère de forcer les propriétaires à acheter des billets de remontées mécaniques. Une façon de résoudre le problème des logements inoccupés dans les stations. Interview. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.