Passer au contenu principal

Affaire Blocher-Hildebrand«Philipp Hildebrand est un spéculateur», accuse Blocher

Devant un parterre de journalistes, le tribun zurichois a estimé que le patron de la BNS n'était plus digne d'être soutenu. Il a réclamé sa démission.

Face aux micros,Christoph Blocher n'a pas mâché pas ses mots.
Face aux micros,Christoph Blocher n'a pas mâché pas ses mots.
Keystone

«Philipp Hildebrand est un spéculateur», accuse Christoph Blocher. Face aux médias réunis vendredi à Rorschach (SG), le vice-président de l’UDC a déclaré que le président de la BNS n’était plus digne d’être soutenu. «Il doit démissionner», a-t-il ajouté.

Philipp Hildebrand «n’a avoué jeudi que ce que l’on pouvait prouver contre lui», a déclaré Christoph Blocher. Selon lui, peu importe que le président de la BNS ait menti ou non, «Hildebrand est un spéculateur, on ne peut plus le soutenir».

Jeudi, Philipp Hildebrand a admis que son épouse avait mené des transactions de devises en août et en octobre derniers, soit avant et après l’instauration par la BNS d’un taux plancher de 1,20 franc pour un euro. Ce genre d’opération n’est pas interdit par le règlement interne de la BNS.

Plusieurs banques et informateurs

Face aux journalistes, Christoph Blocher a refusé de dire comment il avait été informé exactement sur ces transactions. «Lors de mes trois rencontres avec l’autorité de contrôle, je n’ai ni présenté ni transmis des documents originaux car je n’en détenais pas», a-t-il affirmé.

Et d’ajouter: «je sais qu’il existe plusieurs informateurs et plusieurs banques sont concernées. Mais je ne connais pas les informateurs.»

ATS

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.