«Je ne suis pas un pitbull, j'aime la nature»

Initiative WeberDes opposants redoutent la présence de l'ancien directeur du WWF Suisse, Philippe Roch, dans la commission chargée de concrétiser l'initiative sur les résidences secondaires.

Le Genevois Philippe Roch a dirigé l'Office fédéral de l'environnement de 1992 à 2005.

Le Genevois Philippe Roch a dirigé l'Office fédéral de l'environnement de 1992 à 2005. Image: 24heures / Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Franz Weber a nommé des pitbulls», s'inquiétait hier un politicien bourgeois. L'écologiste a choisi l’ancien directeur de l’Office fédéral de l’environnement et du WWF Suisse, Philippe Roch, et l' ancien conseiller d’Etat vaudois Pierre Chiffelle (PS) pour le représenter dans le groupe de travail qui va devoir mettre en œuvre le texte de l’initiative sur les résidences secondaires.

La réaction montre que ces représentants sont redoutés par les opposants à l’initiative, car réputés tenaces. L’image de chien de garde de la nature ne plaît guère à Philippe Roch: «Ce genre de propos excessifs dénote un malaise chez celui qui les prononce, dit l’ancien directeur du WWF. Je ne suis pas un pitbull mais un amoureux de la nature. Je considère qu’elle est essentielle à notre vie et à notre bonheur. Plus de la moitié du peuple suisse nous a donné raison sur ce point.»

Le Genevois invite les opposants à «prendre de la distance, malgré la nervosité. Le mieux est de nous mettre le plus rapidement possible au travail et j’attends de leur part une contribution constructive.»

Les opposants?

Et la colère les cantons alpins? «Je condamne avec fermeté l’idée que cette initiative aurait créé une rupture villes-campagnes, dit-il. Les Grisons ont voté à 46% pour le texte, des communes de montagne ont dit oui et il y a des sensibilités différentes à l’intérieur des cantons. Les activistes contre l’initiative, c’était des promoteurs des régions de montagnes, par les gens de la montagne. Mais le malentendu est entretenu par des personnalités comme le sociologue Bernard Crettaz qui, dans ce dossier, ne s'est pas montré des plus subtils.»

«Je ne veux pas de guerre»

Philippe Roch s’est opposé à l’implantation d’éoliennes dans les montagnes, surtout si elle se fait contre l’avis des populations concernées. Pourquoi accepter d’imposer une loi aux Valaisans contre leur avis majoritaire? «C’est très différent ! Je pense effectivement qu’on ne peut pas imposer une centrale nucléaire, une éolienne ou quelque chose comme ça à des gens qui n’en veulent pas. Par contre le paysage c’est un capital national. On ne peut pas permettre à une collectivité locale de détruire un paysage qui appartient aux générations à venir. Bien sûr qu’il faut prendre en compte les intérêts de chacun et je ne veux pas de guerre contre les communes de montagnes.»

Une volonté populaire claire

Est-il prêt à négocier, à lâcher du lest? « La volonté populaire est claire et on ne va pas y toucher, assure Philippe Roch. Une certitude, c’est que les constructions existantes sont garanties et elles pourront être vendues ou héritées. Nous devrons définir ce qu’est réellement une résidence secondaire. Je n’ai pas opinion toute faite sur la question. Mais nous sommes très attentifs à l’esprit de l’initiative, à savoir d’éviter une dégradation de la nature par des résidences secondaires. »

Créé: 20.03.2012, 12h33

Dossiers

Articles en relation

Doris Leuthard persiste et signe sur les résidences secondaires

Initiative Weber «L'article s'applique immédiatement, que cela plaise ou non». Doris Leuthard répond à ceux qui pensent qu'elle en fait trop après le oui à l'initiative Weber. Elle compte dire jusqu'à l'été ce qu'est au juste une «résidence secondaire». Plus...

Résidences secondaires: pressions pour abolir la «lex Koller»

Intiative Weber acceptée Des représentants de la droite considèrent que la limitation à 20% de la part des résidences secondaires dans les communes suffit à rendre inutile la limitation des ventes aux étrangers. Plus...

Berne veut fixer des règles sur les résidences secondaires

Initiative Weber Suite à l’acceptation de l’initiative Weber dimanche dernier par le peuple, Berne a élaboré quelques principes généraux afin d’aider cantons et communes. En attendant qu’un groupe de travail clarifie les questions en suspens. Plus...

L'application de l'initiative Franz Weber sera rude

Résidences secondaires Au lendemain de l'acceptation par le peuple de l'initiative limitant les résidences secondaires, la presse suisse s'interroge sur son applicabilité. Tour d'horizon. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.