Sur le pied de guerre, Bâle est prête à accueillir le grand bal des ministres

Conseil de l’OSCELa Ville a mis en place un important dispositif afin d’assurer la sécurité de centaines d’invités

Les préparatifs vont bon train à Bâle. Le Conseil ministériel de l’OSCE s’ouvre demain.

Les préparatifs vont bon train à Bâle. Le Conseil ministériel de l’OSCE s’ouvre demain. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Aux alentours de la Messeplatz, les Bâlois vaquent à leur quotidien sous la grisaille. Devant les portes du Centre de Congrès pourtant, les agents de sécurité sont anormalement nombreux. Une cinquantaine de policiers traversent tranquillement la place, portant gilet pare-balles et arme à la ceinture. Un autre groupe s’engage au coin de la rue, dépassant un petit détachement de militaires. Pas de doute, Bâle est prête à accueillir, jeudi et vendredi, le Conseil ministériel de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Près de 1200 délégués des 57 Etats membres sont attendus, dont des ministres des Affaires étrangères, ainsi que le secrétaire d'État des États-Unis, John Kerry.

Si la réunion est exceptionnelle, le dispositif l’est tout autant. Plus de 1000 policiers, dont des renforts envoyés de toute la Suisse, sont mobilisés. L’armée, qui fermera l’espace aérien dès aujourd’hui, s’occupe de la surveillance des airs et de l’eau, de la logistique et du transport de personnes jouissant d’une protection internationale. Quelque 3600 soldats sont sur place. «Les préparatifs ont duré plus de deux ans, précise Urs Müller, porte-parole de l’état-major de conduite de l’armée. Nous avons commencé dès que le Conseil fédéral a désigné Bâle pour organiser la conférence, en septembre 2012.»

«Nous survivrons»

Andreas Knuchel, porte-parole du Département de la justice et de la sécurité de Bâle-Ville, s’arrête au carrefour entre la Clarastrasse et la Messeplatz. «Du 3 au 5 décembre, la zone du Centre de Congrès est interdite aux personnes non accréditées, explique-t-il en esquissant du doigt le périmètre. Une deuxième zone, couvrant les alentours du centre, est fermée à la circulation.»

Les trottoirs de la Clarastrasse sont déjà cerclés de barrières métalliques. Dès aujourd’hui mercredi, trams et voitures ne circulent plus. Les personnes qui habitent dans la zone concernée devront rejoindre leur domicile à pied. La population a été avertie par une circulaire. Sa réaction? «Il est certain que bloquer des rues n’entraîne pas une situation des plus confortables, concède Andreas Knuchel. Mais les gens pourront toujours passer. Nous sommes certains que nous parviendrons à assurer un maximum de sécurité tout en dérangeant le moins possible la population.»

C’est raté pour Anita Meyer, 45 ans: «Cela m’embête vraiment. Comment vont faire les gens qui travaillent ou vivent dans cette zone? Tout ça pour une réunion avec des gens qui n’ont rien à voir avec nous… Cela ne nous apporte rien. Je ne trouve pas ça normal.» Tout le monde ne partage pas son avis. Mayra Flores, 53 ans, habite juste derrière, «exactement la rue qui sera bloquée». «Cela m’embête un peu car les trams ne passeront plus. Mais bon, un peu d’exercice ne me fera pas de mal», sourit cette restauratrice. Salvator Sampognaro renchérit: «Si c’est pour trois jours, nous survivrons, non? En Suisse, nous avons l’habitude d’accueillir de tels événements. Ils géreront tout ça très bien.»

Ce carrossier de 34 ans n’a pas tort. Andreas Knuchel se souvient du congrès sioniste de 1997, de l’Euro 2008 ou des grandes foires internationales. «Comme à Genève, nous avons aussi l’habitude d’accueillir des ministres et des diplomates. Comme il n’y en a généralement qu’un, cela reste discret. Là, forcément, autant en même temps, cela change la donne! C’est un événement spécial, mais nous sommes sereins.»

Créé: 03.12.2014, 11h21

Articles en relation

Les F/A-18 feront la police au-dessus des ministres

Payerne La protection aérienne d’une grande conférence internationale à Bâle sera assurée depuis Payerne. Vols de nuits et décollages nocturnes en vue, la semaine prochaine. Plus...

En chiffres

Forces de l’ordre Près d’un millier de policiers et 3600 soldats sont mobilisés. Si un risque accru pour la sécurité était détecté,le nombre de militaires engagés pourrait passer à 5000.

Logistique 5,6 km de grillages et 60 véhicules ont été mis à disposition par l’armée. L’espace aérien est fermé dans un rayon de 25 milles nautiques (environ 46 kilomètres).
Budget Les coûts d’un tel dispositif de sécurité s’élèvent à un maximum de 7,4 millions de francs, dont 5,4 millions à la charge de la Confédération et 2 millions
à la charge du gouvernement de Bâle-Ville.

Manifestation La Ville a autorisé une manifestation pacifique de divers groupes de gauche; 1000 à 1500 participants sont attendus vendredi.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.