Pierre Maudet: «Les fiches S devraient être accessibles à la Suisse»

Attentats à ParisLes autorités de sécurité en Suisse n'ont pas un accès automatisé à la liste des fiches S françaises. Réactions.

Pierre Maudet, conseiller d’Etat genevois chargé de la Sécurité.

Pierre Maudet, conseiller d’Etat genevois chargé de la Sécurité. Image: G. Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La France communique-t-elle systématiquement à la Suisse la liste des Français fichés «S»? Et lorsque les autorités de sécurité suisses sont informées, que peuvent-elles faire? La question devient clé suite aux attentats de Paris et au risque accru d’actes terroristes en Europe.

«Le système de fiches S est géré par les services de renseignement français. La police suisse n’a pas accès à cette liste», explique Cathy Maret, cheffe de la communication à FedPol. En fait, l’échange de ces informations se fait au cas par cas entre les services de renseignement, selon nos sources. «Mais ce n’est pas simple, explique une personne bien informée. Les services de renseignement français n’ont pas tous accès à l’entier du contenu d’une fiche S, par définition secrète, pour éviter les fuites. Quand leurs homologues suisses veulent obtenir des informations, ils ne reçoivent pas toujours tous les éléments.» Plus délicat: «Les services de renseignement étrangers n’ont pas pour habitude de donner beaucoup d’informations à leurs collègues suisses, qui ne sont pas toujours considérés comme des partenaires suffisamment réactifs et qui ont peu à donner en retour», poursuit notre interlocuteur.

En revanche, les autorités de sécurité disposent d’un autre outil en commun. «Les polices européennes, françaises et suisses comprises, utilisent le Système d’information Schengen pour indiquer les personnes à rechercher ou soumises à surveillance discrète», relève Cathy Maret. Cette base de données renferme notamment les mandats d’arrêt, les interdictions de séjour ou encore les personnes surveillées, qui peuvent être sous fiche S sans être signalées de cette manière.

Désormais, faut-il demander à la France la liste de ses fiches S? «Je suis archifavorable à un échange d’information au plan européen, avec une base unifiée par le biais d’Europol par exemple. Encore faudrait-il avoir le contenu complet des fiches et surtout établir des critères de recherche homogènes entre les pays», relève Pierre Maudet, conseiller d’Etat genevois chargé de la Sécurité. Cette question est toutefois ultrasensible: «Dans les fiches S, on trouve aussi des personnes qui n’ont pas commis d’infractions pénales», souligne-t-il.

«On pourrait demander cette liste. Mais obtenir systématiquement tous les contenus serait une autre affaire, observe de son côté Jean-Paul Rouiller, directeur du Geneva Centre for Training and Analysis of Terrorism. Et si c’était possible, on disposerait d’une masse d’informations qu’il faudrait pouvoir traiter. On touche alors au problème des moyens.» Carlo Sommaruga, socialiste, président de la Commission de politique extérieure au National, se montre favorable à l’intensification de la collaboration des services de renseignement et des polices des deux pays: «Sur le principe, cela ne poserait aucun problème d’automatiser la communication de fiches S pour cause de banditisme et d’extrémisme violent, mais il faut une base légale et veiller à la protection des données.»

Qu’en est-il des Français fichés «S» travaillant en Suisse? La Tribune de Genève et 24heures ont révélé en août le cas de deux imams de la mosquée du Petit-Saconnex, susceptibles d’appartenir à la mouvance islamiste radicale internationale. Les deux hommes, qui n’ont pas retourné nos appels, sont toujours en poste. Cette situation inquiète-t-elle Pierre Maudet? «Au niveau de la Confédération, il existe la possibilité de révoquer le permis de séjour d’une personne sous fiche S et même de l’expulser si des éléments montrent qu’elle représente un danger pour la sécurité de la Suisse. Mais le fait d’être frappé d’une fiche S ne justifie pas automatiquement ces mesures.»

Créé: 18.11.2015, 08h07

Articles en relation

Plus de 10'000 personnes font l'objet d'une «fiche S»

Attentats de Paris Les islamistes radicaux ou ceux liés à la mouvance terroriste représentent la moitié des cas de fichage. Lesquels n'impliquent pas forcément une surveillance. Plus...

Les trois imams de la Mosquée de Genève s’expliquent

Scandale Le départ en Syrie de deux personnes qui fréquentaient la mosquée suscite de vives réactions. Plus...

Des graines de djihadistes à la mosquée de Genève

Enquête Un Genevois de 20 ans, converti, a quitté sa cité pour partir en Syrie. Il côtoyait un groupe aux idées extrémistes qui fréquente la mosquée du Petit-Saconnex. Celle-ci se défend de fermer les yeux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.