Pilatus ne veut pas de commandes compensatoires

Avions de combatLe patron du constructeur aéronautique suisse explique sa position dans la presse.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'armée suisse pourrait économiser jusqu'à un milliard de francs lors de l'achat de nouveaux avions de combat, si elle renonçait aux commandes compensatoires, affirme le patron de Pilatus, Oskar J. Schwenk. Il dit ne pas être intéressé par de telles contreparties.

Pour réaliser une telle économie, «nous devons renoncer à une commande pour la Suisse et acheter à l'usine», explique M. Schwenk, 73 ans, dans un entretien diffusé dimanche par le SonntagsBlick.

«Quand Pilatus construit des avions d'entraînement pour d'autres armées et doit accorder des affaires compensatoires, on augmente le prix d'achat de 15 à 20%», ajoute-t-il. «C'est normal».

Le constructeur aéronautique suisse, basé à Stans (NW), et l'entreprise d'armement RUAG, en mains de la Confédération helvétique, figurent sur la liste des bénéficiaires potentiels de commandes compensatoires dans le cadre de l'achat de nouveaux avions militaires.

Confédération avertie

Pour M. Schwenk, de telles pratiques sont intéressantes, seulement si elles apportent des technologies, qui font évoluer l'entreprise. Il ne veut pas travailler pour des Américains ou des Suédois, qui connaissent déjà sa société. Il en a déjà informé la Confédération, dit-il. Le Conseil fédéral a fixé l'enveloppe à 8 milliards de francs pour le renouvellement de la flotte militaire suisse, un montant qui devra aussi servir pour un nouveau système de défense sol-air. Cinq jets seront évalués.

De ce côté-ci de l'Atlantique, on retrouve le Gripen E suédois (Saab), le Rafale français (Dassault) et l'Eurofighter européen (Airbus). S'y ajoutent deux avions américains: le successeur du FA-18, le Super Hornet de Boeing, et le F-35A de Lockheed-Martin. (ats/nxp)

Créé: 06.05.2018, 03h19

Articles en relation

Le PC-24 autorisé en Europe et aux Etats-Unis

Aviation Le jet d'affaires de Pilatus s'envolera en janvier outre-Atlantique pour être remis sur place aux premiers clients. Plus...

De la Jungfrau à l'avion en basejumping

Exploit Deux basejumpers français se sont élancés mardi du sommet de la Jungfrau (4158) dans l'Oberland bernois. Leur objectif: «atterrir» dans un Pilatus Porter qui volait en contrebas. Plus...

Pilatus est soupçonné de corruption en Inde

Avions d’entraînement Les autorités indiennes enquêtent sur les conditions d’attribution à la firme suisse d’un appel d’offres portant sur 75 avions d’entraînement en 2012. La firme de Stans se tait. Plus...

Pilatus augmente nettement ses effectifs

Suisse L'avionneur nidwaldien va devoir engager cette année près de 200 personnes pour honorer des commandes en hausse. Plus...

Lufthansa bien placé pour racheter Alitalia

Aéronautique Selon les autorités italiennes, «l'offre de Lufthansa est la plus prometteuse», bien que la compagnie allemande propose de supprimer près de la moitié des emplois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.