Passer au contenu principal

Les plaignants toucheront 207 millions d'indemnités

Le montant des indemnités est tombé pour Dieter Behring. Il devra verser plus de 200 millions aux investisseurs lésés.

Dieter Behring accompagné de sa femme et de son avocat.
Dieter Behring accompagné de sa femme et de son avocat.
Keystone

Six mois après la condamnation de Dieter Behring à une peine de cinq ans et demi de prison, le Tribunal pénal fédéral (TPF) a fixé le montant des indemnités dues aux plaignants. Le total des prétentions civiles reconnues se monte à 207 millions de francs.

L'ex-gourou de la finance bâloise a déjà annoncé son intention de recourir au Tribunal fédéral contre le jugement tombé jeudi. Le verdict retient en tout 1189 demandes d'indemnisation.

Les juges de Bellinzone, qui avaient en septembre dernier reconnu Dieter Behring coupable d'escroquerie par métier, auraient pu renvoyer l'intégralité des requêtes à la justice civile.

Compte tenu de la durée de la procédure, qui s'est étalée sur une douzaine d'années, il aurait été «choquant pour les lésés» de procéder de la sorte, a déclaré le juge Daniel Kipfer lors de la lecture du verdict.

Indemnisations différenciées

Tous les investisseurs lésés ne sont pas logés à la même enseigne. Pour certains d'entre eux, soit 347 personnes, le TPF reconnaît le droit à la bonification d'un intérêt de cinq pourcent. Ces plaignants obtiennent une réparation d'un montant de 114 millions de francs.

D'autres, soit 469 lésés, devront se contenter d'une indemnisation sans intérêt. L'indemnisation globale qui leur sera allouée se monte à 92 millions de francs. Enfin, d'autres plaignants n'ont pas obtenu satisfaction devant la justice pénale. Ils devront s'adresser au juge civil, soit parce qu'ils n'ont pas pu fournir de prétentions chiffrées, soit en raison de la difficulté de reconstituer le flux exact suivi par l'argent investi.

En tout, le TPF a fixé l'indemnisation globale à 207 millions de francs. Ce chiffre est inférieur de plus de la moitié au total des prétentions adressées au tribunal, qui se situait à 420 millions de francs.

Biens confisqués

Lors de son procès, l'an dernier, Dieter Behring avait exprimé le souhait que les biens confisqués servent à dédommager les lésés. Selon le juge Daniel Kipfer, les montants saisis ne dépassent pas quelques dizaines de millions de francs.

Ils serviront aussi à couvrir une créance compensatrice d'un montant de 100 millions de francs, qui a été allouée à la Confédération. Il est toutefois possible que celle-ci y renonce au profit des lésés.

Avant que n'intervienne le versement des indemnisations, le jugement devra entrer en force. Or, selon les indications données par le juge Danier Kipfer, les considérants écrits ne tomberont pas avant «quelques semaines».

Recours au TF

L'entrée en vigueur du jugement des prétentions civiles n'est cependant pas attendue avant de longs mois. L'avocat de Dieter Behring a annoncé son intention de recourir au Tribunal fédéral contre le verdict rendu jeudi par le TPF.

En septembre dernier, le TPF s'était prononcé sur le volet pénal de l'affaire. Il avait reconnu Dieter Behring coupable d'escroquerie par métier et l'avait condamné à une peine privative de liberté de cinq ans et demi.

Les juges, dont le verdict doit aussi être réexaminé par le TF, ont admis que l'ex-gourou de la finance bâloise a lésé près de 800 investisseurs et creusé un passif de 800 millions de francs par le biais d'un système «boule de neige».

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.