Pas de «plan B» en cas de «non» au Gripen

Votation du 18 maiLa commission de politique de sécurité du Conseil des Etats a tenu à faire le point après l'annonce du président de la commission analogue du National de la possibilité d'un plan B si le Gripen est refusé le 18 mai.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n'y a pas de plan B concernant le Gripen et il n'a jamais été question de discuter d'une variante en cas d'échec de l'achat de 22 avions de combat devant le peuple le 18 mai prochain. Tel est en substance le message qu'a tenu à faire passer le président de la commission de politique de sécurité du Conseil des Etats Alex Kuprecht (UDC/SZ) ce mardi devant la presse, en compagnie du sénateur Jean-René Fournier (PDC/VS). «Pas question de contourner par la bande une votation populaire. Si le peuple dit «non», c'est qu'il refuse de remplacer les Tiger, a souligné l'UDC.

La commission a souhaité mettre les points sur les i après les propos dans la presse dominicale et sur les ondes de la RTS du conseiller national Thomas Hurter (UDC/SH), président de la commission homologue du National. Celui-ci souhaitait acheter les avions dans le cadre du budget ordinaire des forces armées. Le Département de la défense pourrait ainsi financer tous les 15 ans une escadrille de 12 jets, estime-t-il. Ainsi, les vieux F5-Tiger puis les F/A-18 pourraient être remplacés par 50 voire 70 nouveaux avions de combat, sans passer par une votation populaire.

«Il n'a jamais été question d'une variante. La commission a, à l'époque, lorsqu'elle a décidé du fond du sujet, clairement mis le problème sur la table en disant que la volonté du peuple sera respectée», a souligné Jean-René Fournier. «Pas question donc de préparer dans son dos une décision réservée d'acquérir quand même des aéronefs. » Le Valaisan a en outre précisé que la commission avait décidé seule de tenir un point presse, sans pression de la part d'Ueli Maurer.

Quant à la nécessité de libérer 30 millions de francs pour assurer un engagement 24 heures sur 24 des forces aériennes si l'armée ne disposait plus que de 32 FA-18, il reviendra au Conseil fédéral d'analyser la situation, selon Alex Kuprecht. Mais la mission deviendrait quasiment impossible si le peuple refuse le Gripen. Ecoutez Jean-René Fournier:

La surveillance du ciel dépend-elle donc d'un oui au Gripen? Ecoutez la réponse du sénateur valaisan:

Rappelons que le département fédéral de la Défense avait déjà lui-même démenti les propos de Thomas Hurter dimanche. Le DDPS a en effet immédiatement pris ses distances en affirmant que dans le message transmis au peuple il était clairement dit que les Gripen ne seraient pas achetés si le projet était refusé le 18 mai.

Si un fonds a été créé pour acquérir 22 Gripen, c'est justement pour que le peuple puisse trancher. Et les jets suédois ne seront achetés que si un oui sort des urnes le 18 mai, avait rappelé en outre le DDPS.

Plusieurs autres voix se sont élevées contre les plans de Thomas Hurter, dont celle du président de la Société suisse des officiers. Denis Froidevaux a accusé l'UDC schaffhousois de «parler plus vite qu'il ne pense» et de «maladresse crasse». (nxp)

Créé: 08.04.2014, 13h23

Pas de location d'avions non plus

Le président de la CPS des Etats Thomas Ruprecht, a aussi écarté l'option d'une location d'avions de combat en cas de «non» le 18 mai. Une telle option est actuellement prévue pour la formation au Gripen. Si la Suisse n'achète pas ces avions, il n'y a plus besoin de former des pilotes.

Articles en relation

La campagne sur le Gripen et ses couacs à répétition

Votation 18 mai Dès son choix par le Conseil fédéral, le Gripen, sur lequel les Suisses se prononceront le 18 mai, a connu de nombreux couacs et suscité des controverses. Plus...

Avec le Gripen, Ueli Maurer promet cent emplois à Payerne

Armée Dans un entretien à paraître demain dans 24 heures, Ueli Maurer répond aux détracteurs du Gripen et parle de l’importance de l’achat de l’avion pour la Suisse romande Plus...

Les partisans du Gripen concoctent un plan B en cas de refus

Votation Des partisans du Gripen ont déjà un plan B sous la main, au cas où le peuple refuserait l'achat des avions de combat. Ce plan leur permettrait peut-être d'esquiver la volonté populaire. Plus...

L'UDC et le PBD disent «oui» à l'achat du Gripen

Votations du 18 mai Trois partis adoptent ce samedi leurs mots d'ordre pour les votations fédérales du 18 mai. L'UDC et le PBD recommandent de voter oui à l'achat des Gripen. Plus...

Un musée de Payerne a reçu 100'000 francs de la part de Saab

Votation sur le Gripen Selon Blick, le musée de l'aviation militaire de Payerne aurait reçu 100'000 francs de la part des fabricants du Gripen. Ceci alors qu'ils ont été priés de ne plus s'immiscer dans la campagne en vue du 18 mai. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.