Le PLR veut faire passer les pendulaires à la caisse

Transports publicsLe parti libéral-radical et Economiesuisse proposent d'introduire des tarifs majorés selon les trajets et les heures de transport. Experts et associations s'y opposent.

Pour le PLR et Economisuisse, ce sont aux usagers de payer pour la mobilité. Et peu importe leurs horaires de travail.

Pour le PLR et Economisuisse, ce sont aux usagers de payer pour la mobilité. Et peu importe leurs horaires de travail. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Suisses utilisent massivement les transports publics pour se rendre au travail, créant ainsi des situations tendues aux heures de pointe. Les CFF essaient de répondre à la demande, avec des fortunes diverses. Aussi Economiesuisse et les Libéraux-Radicaux (PLR) viennent-ils avec leur propre recette: augmenter le prix des billets aux heures de pointe.

Les pendulaires doivent payer davantage selon les heures et les trajets, expliquent-ils dans la NZZ am Sonntag. «Ainsi la maîtrise sera améliorée et l'infrastructure soulagée à long terme», écrit le PLR.

Des associations hostiles

Une proposition qui passe mal au sein de la branche. L'Union Suisse des Transports y voit un danger pour tout le système, avec la fin de la clarté et la hausse des obstacles pour l'accès aux transports publics.

Pro Bahn, l'association qui représente les intérêts des clients dans les transports publics, monte également aux barricades contre le projet. «Nous lutterons par tous les moyens», explique à 20 Minuten son président Kurt Schreiber. Les usagers n'ont pas le choix en raison de leurs horaires de travail. «La balle est dans le camp des employeurs.»

Berne prépare le terrain

Le dossier est récurrent depuis plusieurs mois. En octobre 2014, la conseillère fédérale Doris Leuthard s'est exprimée sur le sujet à l'Université de Saint-Gall à l'occasion de la journée des infrastructures. Il faudra payer différemment pour la mobilité à l'avenir, a-t-elle alors laissé entendre, estimant «possibles» différents modèles de tarification de la mobilité (Mobility Pricing) en Suisse.

Son Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) prépare actuellement à l’attention du Conseil fédéral un rapport stratégique présentant les formes que ce Mobility Pricing pourrait revêtir ainsi que ses avantages et inconvénients.

Mais selon Rolf Steinegger, expert en transports publics à la Haute Ecole de Zurich pour les sciences appliquées (ZHAW), ce genre de système va introduire des profondes inégalités sociales. «En clair, les banquiers de la Paradeplatz pourront rentrer le soir à 17 heures pendant que la femme de ménage devra attendre un train moins cher.»

Créé: 13.04.2015, 08h36

Articles en relation

Les usagers du rail devraient passer à la caisse en 2017

Mobilité En cause, la hausse du prix du sillon qui fait partie intégrante du plan de Financement et d'aménagement de l'infrastructure ferroviaire (FAIF), voté en 2014. Plus...

L'abonnement général du soir des CFF fait un bide

Mobilité Les consommateurs n'ont pas accroché à la tentative des CFF d'un abonnement général du soir, jugeant trop élevé le prix de 490 francs pour six mois. Plus...

Les CFF pourront s'endetter davantage ces prochaines années

Trafic ferroviaire Le Conseil fédéral a décidé de ne plus assigner d'objectif mesurable aux CFF concernant son résultat annuel. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.