Plusieurs figures du National ont été éjectées

FédéralesDe Jean-François Rime à Hans Bigler, plusieurs figures romandes et alémaniques n'ont pas été réélues. Le Jura bernois se retrouve sans porte-parole.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec la percée verte et les pertes de l'UDC et du PS, plusieurs sortants ont raté la marche. Parmi eux, des figures du Parlement, à l'image de Jean-François Rime (UDC/FR), président de l'Union suisse des arts et métiers (USAM), qui siégeait à Berne depuis 2003.

Le directeur de l'USAM Hans-Ulrich Bigler (PLR/ZH) a lui aussi été évincé, tout comme le doyen du National, Maximilian Reimann (UDC/AG), et son co-listier Luzi Stamm (UDC/AG). Tous deux n'étaient pas soutenus par leur parti et s'étaient présentés sur une liste "65+"

Jura bernois sans porte-parole

Mauvaise surprise en revanche pour le Jura bernois qui perd son seul représentant au National. Manfred Bühler (UDC/BE) a fait les frais de la perte d'un siège UDC pour le canton de Berne pour des raisons démographiques et du recul du parti. C'est le scénario de 2011 qui se répète pour la partie francophone du canton de Berne.

«C'est une grande déception pour la région», a estimé lundi Manfred Bühler sur les ondes de Radio Jura bernois (RJB), ajoutant qu'elle devra aujourd'hui patienter avant de retrouver une voix sous la Coupole fédérale. Mais il estime que le Jura bernois «ne va pas s'arrêter de tourner pour autant».

Le maire de Cortébert ne peut pas spéculer sur une élection de son collègue Werner Salzmann au Conseil des Etats pour être repêché. Il a terminé à la 9e place sur 7 élus UDC, 2e des viennent-ensuite. Les francophones n'auront donc plus de représentant sous la Coupole alors qu'ils constituent près de 10% de la population du canton de Berne.

La députation de Berne perd aussi le socialiste Adrian Wüthrich, président du syndicat Travail.suisse.

Golay et Béglé out

A Genève, le MCG Roger Golay quittera lui Berne après deux législatures. Avec 5,37% des voix, le MCG a perdu son unique siège au Conseil national. A son apogée en 2013, le parti égare depuis constamment des points lors des élections. Le changement des préoccupations de la population serait une des causes de ce déclin.

En 2013, le MCG engrangeait 19,23% des suffrages aux élections cantonales et propulsait Mauro Poggia au Conseil d'Etat. Les inquiétudes de la population étaient liées à l'insécurité et au chômage, relève lundi Roger Golay.

«Ces gens qui se trouvaient dans une situation économique précaire ou se sentaient en danger votaient MCG», ajoute-t-il . Selon lui, «quand tout va mal, les électeurs cherchent un parti refuge». La situation s'étant améliorée tant au niveau économique que sécuritaire, le MCG a perdu des voix. Il impute aussi l'échec de dimanche à l'«effet de mode lié au climat». Autre facteur qui a fait chuter le MCG: sa difficulté à conclure des apparentements et des sous-apparentements.

Dans le canton de Vaud, l'ancien patron de la Poste, Claude Béglé est lui aussi éliminé. L'affaire de ses tweets controversés envoyés depuis la Corée du Nord cet été lui a peut-être coûté des voix.

Retour raté pour Yvan Perrin

Si certains candidats ont raté leur réélection, d'autres ont raté leur retour. A l'image de Yvan Perrin (UDC/NE), qui a échoué dans sa tentative de conserver le seul siège neuchâtelois du parti au National. Il a annoncé dans la foulée la fin de sa carrière politique. A Zurich, c'est l'ex-conseiller national Christoph Mörgeli (UDC/ZH) a également échoué nettement dans sa tentative de retour.

En tout, 31 députés n'ont pas été réélus à l'occasion des élections au Conseil national de dimanche. Ce nombre est légèrement supérieur à celui des trois derniers scrutins, qui avaient chacun enregistré environ une vingtaine d'élus recalés.

Créé: 21.10.2019, 09h45

Articles en relation

National: jamais autant de femmes et de «jeunes»

Fédérales 2019 La moyenne d'âge de la Chambre du peuple est de 49 ans, du jamais vu. Par ailleurs, les femmes sont 30% plus nombreuses et représentent 42% des élus, un record aussi. Plus...

Les Verts gagnent 6,1 points, un record depuis 1999

Fédérales 2019 Les Verts, en hausse de 6,1 points selon les chiffres définitifs de l'OFS, ont réalisé dimanche la plus forte poussée d'un parti depuis les fédérales de 1999. Plus...

La presse emportée par la vague verte historique

Fédérales Les journaux n'hésitent pas à parler de séisme devant la progression des partis écologistes. Certains estiment que les Verts sont mûrs pour le Conseil fédéral. Plus...

La vague verte gagne le National et les Etats

Fédérales 2019 Les partis mettant en avant l'écologie ont réalisé une progression au Conseil national et aux Etats, lors des élections fédérales. Plus...

Retrouvez les réactions à la vague verte des Fédérales

Fédérales Au lendemain du triomphe des partis écologistes, les partis essaient d'analyser leur performance et se préparent pour le second tour des élections au Conseil des Etats. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.