Podcast: Le rapt de Joséphine Dard

«Sur les traces du crime»«24heures.ch» lance son nouveau podcast consacré aux grandes affaires romandes. Premier épisode: l'enlèvement de la fille de l'écrivain Frédéric Dard.

L'écrivain français Frédéric Dard (au dernier plan), sa femme Françoise et leur avocat Marc Bonnant (au 1er plan) à leur arrivée au Palais de justice de Genève pour l'ouverture du procès du criminel qui comparaît pour l'enlèvement de leur fille Joséphine, survenu en mars 1983, dans leur maison de Vandoeuvres.

L'écrivain français Frédéric Dard (au dernier plan), sa femme Françoise et leur avocat Marc Bonnant (au 1er plan) à leur arrivée au Palais de justice de Genève pour l'ouverture du procès du criminel qui comparaît pour l'enlèvement de leur fille Joséphine, survenu en mars 1983, dans leur maison de Vandoeuvres. Image: ASL

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bienvenue «Sur les traces du crime», le podcast dédié aux grandes affaires romandes. Une série dans laquelle nos chroniqueurs judiciaires se replongent pour vous dans leurs souvenirs.

Dans chaque épisode, nous revenons sur les lieux marquants d'une affaire passée. Archives, récit et anecdotes journalistiques se mélangent alors pour redonner vie à ces faits divers qui ont défrayé la chronique.

Listen to "Sur les traces du crime" on Spreaker.

Retrouvez-nous aussi sur: Spotify ou iTunes


La déposition de Frédéric Dard lors du procès du ravisseur:

Les avocats de la défense Dominique Warluzel et Christian Zinsstag. Joséphine, 12 ans, avait été enlevée le 23 mars 1983 pour une rançon de 2 millions de francs suisses.

Créé: 20.11.2019, 16h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.