Passer au contenu principal

En 2013, la pêche dans le Léman a été extraordinaire

Le poisson abonde dans le Léman. Mais seulement 2,1% des poissons consommés en Suisse viennent de nos lacs

Vingt et un franc. Le filet de féra en plat du jour dans le restaurant L'Echalotte, au centre-ville de Genève, ne coûte guère plus. Le poisson vient du lac, de ses eaux françaises entre Excenevex et Anthy-sur-Léman. Achetée au quotidien chez Aligro, la féra est fraîche. Elle est capturée au maximum quelques jours avant d'arriver dans nos assiettes.

«Les prix en Suisse pour la féra sont compétitifs», selon Dimitri Jaquet, de la direction générale de la Nature et du Paysage à l'Etat de Genève. En 2013, la pêche dans le Léman a été extraordinaire, selon un récent communiqué de l'Etat. Plus de 1300 tonnes de perches, ombles chevaliers, brochets, écrevisses américaines et surtout féras (974 tonnes) ont été capturés, un record depuis 1991. C'est bon signe: cela signifie que les eaux du lac sont propres, propices aux bien-être de ses bestioles. Ceux qui aiment consommer local se réjouiront d'autant plus que le label «Genève Région - Terre d’Avenir» (GRTA) est sur le point d'être étendu aux animaux du petit lac.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.