La police sur les dents à Berne

ManifestationsBerne a été épargnée par les activites de droite et de gauche. Des affrontements étaient redoutés, après l'annulation de la manifestation contre une justice trop «Bisounours». La police était présente en masse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Place fédérale et les rues adjacentes avaient été complètement bouclées. Au centre-ville, la police avait marqué sa présence avec de nombreux véhicules munis de grillages de protection et d'agents en tenue de combat.

La police cantonale bernoise avait annoncé concentrer ses forces dans la capitale fédérale samedi. Elle était épaulée par des corps de police d'autres cantons.

Des contrôles ont été effectués à la gare afin d'intercepter au plus tôt d'éventuels fauteurs de troubles. En ville, de nombreux magasins avaient posté des agents de sécurité privés aux entrées ou barricadé leurs vitrines.

Contre-manifestation

L'association «Stopp Kuscheljustiz» (Halte à la justice «bisounours») avait appelé à manifester samedi contre «les peines avec sursis pour les criminels» ou les «projets de réhabilitation sociale irréalistes». Une «alliance contre la droite» a répliqué en lançant un appel à une contre-manifestation. L'association «Stopp Kuscheljustiz» a toutefois annoncé mercredi qu'elle renonçait à son rassemblement, autorisé par la ville. Sur Internet, des exhortations à manifester tout de même à Berne ont circulé. Pour cette raison, la police cantonale a préféré maintenir le dispositif d'envergure qu'elle prévoyait à l'origine.

Dispositif proportionnel au risque

Selon le directeur de la sécurité de la ville de Berne Reto Nause, l'engagement policier a été proportionnel au risque d'échauffourées, qualifié de sérieux. «De nombreux activistes de gauche et de droite étaient en ville», a-t-il précisé. D'après les objets découverts sur certaines des personnes contrôlées, leurs intentions n'étaient pas des plus pacifiques, a-t-il ajouté.

Jusqu'en début de soirée, 56 personnes ont été soumises à des contrôles plus poussés, selon un communiqué de la police. Dans la plupart des cas, elles ont été relâchées après quelques heures. (ats/nxp)

Créé: 29.03.2014, 17h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.