La police veut lutter contre le délit de faciès

Canton de Bâle-Ville Afin de prévenir le «profilage racial» dans ses rangs, la police cantonale de Bâle-Ville a annoncé une série de mesures sur la question.

La police cantonale de Bâle-Ville prend au sérieux la problématique du «profilage racial».

La police cantonale de Bâle-Ville prend au sérieux la problématique du «profilage racial». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La police cantonale de Bâle-Ville veut lutter avec plus de vigueur contre le délit de faciès. Et ce même si le nombre de cas avéré est faible.

«Police et société en mutation»

La police cantonale a créé un groupe de travail sur les «contrôles de personnes discriminatoires» en décembre 2018, a indiqué le gouvernement de Bâle-Ville mardi en réponse à une intervention parlementaire. Objectif: renforcer les mesures existantes de sensibilisation pour prévenir le «profilage racial».

Dans le cadre de la phase de formation pratique au sein d'un corps qui suit l'école de police, le thème «culture policière» doit peser davantage. Même chose pour la formation continue obligatoire en troisième année de service. Pour les cadres qui sont sur le terrain, la participation au cours «police et société en mutation» de l'Institut suisse de police ne sera plus une option.

Des entraînements spécifiques seront aussi mis en place dès 2020. Enfin, la police a initié un stage de recherche traitant de la question à l'Université de Bâle.

Pas de «reçus» après les contrôles

En revanche, le Conseil d'Etat ne veut pas d'un projet-pilote d'établissement de «reçus» après les contrôles. L'idée était d'éviter les contrôles à répétition d'une même personne. Mais conserver des données suite à des contrôles infructueux serait problématique du point de vue du droit de la personnalité, pour le gouvernement.

Les autorités soulignent qu'à leur connaissance, aucune décision de justice n'a jusqu'ici qualifié un contrôle de discriminant et donc d'illicite. Depuis 2012, le bureau des plaintes du département de la justice et de la sécurité a néanmoins constaté des indices objectifs de discrimination dans deux cas. (ats/nxp)

Créé: 20.08.2019, 18h58

Articles en relation

Contrôlé car il est noir? Un Suisse fait recours

Justice Un Suisse noir de peau se dit victime d'un délit de faciès commis par la police zurichoise. Il a décidé de saisir la Cour européenne des droits de l'homme après le jugement du TF. Plus...

Les policiers n'ont pas fait de «profilage racial»

Canton de Zurich Le Tribunal fédéral a débouté un Suisse d'origine kényane, qui s'estimait victime de délit de faciès après un contrôle de la police municipale zurichoise. Plus...

La police veut éviter le délit de faciès

Ville de Zurich Les policiers municipaux doivent désormais donner à la personne contrôlée la raison pour laquelle ils procèdent au contrôle d'identité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...