Passer au contenu principal

Les policiers craignent d'être traités comme des chauffards

Les agents redoutent de lourdes peines au cas où ils seraient flashés durant leur travail. Ils demandent un changement de loi. L'avocat Yvan Jeanneret comprend leur inquiétude.

Yvan Jeanneret, avocat pénaliste et professeur de droit à l'Université de Neuchâtel.
Yvan Jeanneret, avocat pénaliste et professeur de droit à l'Université de Neuchâtel.
Steeve Iuncker-Gomez

«Nous ne sommes pas des criminels mais des professionnels!» s’exclame Jean-Philippe Rochat, président de l’Union syndicale des polices romandes (USPRO). Son organisation s’inquiète des conséquences de Via sicura sur les policiers qui interviennent en urgence. Selon elle, le risque est qu’un agent soit jugé comme un chauffard après avoir roulé trop vite durant une intervention. Et qu’il se retrouve en prison, perde son permis ou doive payer une forte amende «juste pour avoir fait son devoir». 

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.