Ignazio Cassis défend sa place au gouvernement

SuisseLe Tessinois l’affirme: il n’a pas l’intention de quitter le Département fédéral des affaires étrangères.

«Les minorités sont sympathiques pour les discours du 1er Août. Mais en matière de partage du pouvoir, elles ne jouent aucun rôle.»

«Les minorités sont sympathiques pour les discours du 1er Août. Mais en matière de partage du pouvoir, elles ne jouent aucun rôle.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ignazio Cassis n’a nullement l’intention de quitter le Conseil fédéral. Dans une interview au «SonntagsBlick», le ministre des Affaires étrangères défend sa place, menacée par les Verts qui, depuis leur victoire électorale, revendiquent un siège au gouvernement. Le Tessinois rejette les critiques qui lui sont adressées et l’affirme: il a lancé le programme «Vision de politique étrangère 2028» parce qu’il a bien l’intention de faire son travail durant encore au moins dix ans.

Les Verts, qui sont devenus le quatrième parti du pays, n’ont-ils pas la légitimité à avoir un conseiller fédéral? Ignazio Cassis répond diplomatiquement que c’est aux partis et aux fractions de mener ces réflexions, et non à un conseiller fédéral. Il rappelle néanmoins qu’en 2007, une discussion semblable avait eu lieu. À l’époque déjà, les Verts avaient enregistré un succès aux élections fédérales. Or, ils avaient ensuite perdu en 2011.

S’il est dans la ligne de mire, sa collègue de parti Karin Keller-Sutter, elle, est épargnée. Pour Ignazio Cassis, c’est peut-être lié au fait qu’il dérange davantage, parce qu’il a fait plus de choses qui se heurtent à la critique. Et d’ajouter qu’il ne mâche pas ses mots et questionne tout, ce qui peut aussi déplaire.

Ignazio Cassis évoque aussi son appartenance à une minorité linguistique. «Je suis le seul conseiller fédéral qui doit constamment s’exprimer dans une langue étrangère. Je parle assez bien le français et l’allemand, mais je n’ai pas la même précision d’expression que dans ma langue maternelle.» Comme Tessinois, il se dit désavantagé. «Les minorités sont sympathiques pour les discours du 1er Août. Mais en matière de partage du pouvoir, elles ne jouent aucun rôle.»

Cette carte tessinoise a déjà été avancée par le PLR. D’autres la brandissent dans la presse dominicale. Le conseiller national Lorenzo Quadri (Lega/TI) dit ainsi dans la «NZZ am Sonntag» qu’il votera pour son compatriote le 11 décembre lors de l’élection du Conseil fédéral. Même topo chez les PDC du canton et de leur chef de groupe, Filippo Lombardi, qui n'a toutefois pas été réélu au Conseil des États ce dimanche. La «SonntagsZeitung» cite pour sa part des élus UDC qui attaquent une autre ministre, la socialiste Simonetta Sommaruga.

Créé: 17.11.2019, 17h20

Articles en relation

Sous pression, Cassis lâche Philip Morris

Tabagisme Le cigarettier américain ne sera pas l’un des principaux sponsors de la Suisse pour l’expo universelle de Dubaï en 2020. Plus...

Un conseiller fédéral Vert? Oui, mais pas tout de suite

La rédaction Florent Quiquerez ne croit pas à une recomposition immédiate du Conseil fédéral. Plus...

Les Verts se préparent au Conseil fédéral

Fédérales 2019 Les Verts vont affiner leur stratégie ces prochains jours. Le groupe parlementaire écologiste tranchera fin novembre, mais des discussions seront menées avec les autres partis. Plus...

Le peuple dirait non à un conseiller fédéral Vert

Surprise Selon notre sondage réalisé à la sortie des urnes, une majorité de Suisses ne veut pas changer la composition du collège pour y intégrer un écologiste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.