L'asile s'impose comme le thème de préoccupation des Suisses

Sondage SSRLes réfugiés et les migrations sont les plus grands soucis du moment, selon le sondage SSR. L’UDC est jugée la plus crédible sur ces sujets.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’asile et les migrations constituent l’urgence politique du moment. C’est le thème placé en tête des préoccupations par 34% des Suisses, selon le baromètre SSR publié mercredi soir. Les autres sujets arrivent loin derrière: l’Europe et les Bilatérales sont citées par 10% et l’environnement par 5% des personnes sondées au début du mois par l’institut gfs.bern

Cliquer pour agrandir

L’UDC est le parti le plus souvent cité (34% des gens) pour sa «compétence» en matière d’asile et de migrations. Ce qui ne manque pas de ravir son comité directeur: «Nous avions identifié ce problème avant les autres et les citoyens le savent, réagit le vice-président de l’UDC, Claude-Alain Voiblet. Avec l’afflux actuel de demandeurs d’asile, dont je précise que personne ne se réjouit, notre parti est bien positionné.»

Une sorte de rente de situation à quatre mois des élections fédérales. L’UDC est d’ailleurs créditée de 26,1% des intentions de vote par le même sondage. Soit légèrement moins qu’en 2011, mais plus que les 24% de l’an dernier.

L’autre parti qui progresse, c’est le PLR: il gagne 2% par rapport à 2011. Un frémissement historique, après plus de trente ans de recul. Le PLR est d’ailleurs ressenti comme le plus compétent (24%) sur l’Europe et les Bilatérales. «Normal, nous sommes les seuls à avoir pris une position claire en faveur des Bilatérales et à faire des propositions constructives», estime la vice-présidente suisse, Isabelle Moret. Les Bilatérales «sont une voie royale, entre le PS qui réclame une adhésion à l’Union européenne et l’UDC qui veut l’isolation», ajoute le président, Philipp Müller.

«Un peu facile»

Pour les autres formations politiques, le baromètre est stable par rapport aux dernières prises de température. Les Verts et le PDC confirment un tassement. Christophe Darbellay, président du PDC suisse, ne peut que le constater: «La mobilisation n’est pas notre fort, nous n’avons hélas pas le réservoir de militants de l’UDC.»

Il ressent comme injuste la rente de situation dont jouit le parti blochérien: «Facile de se positionner à coups de slogans, cela ne résout rien. Quand on voit des familles syriennes arriver en Suisse dans un état lamentable, je crois que les gens se rendent compte aussi du drame humain qui se joue.»

Coprésidente des Verts suisses, Adèle Thorens souligne que «le sondage a une marge d’erreur de 2,2%, ce qui ne permet pas de tirer des enseignements réels sur les forces des partis». Monothématiques, les Verts sont ressentis comme compétents (48%) uniquement sur l’environnement, thème qui était en première position en 2011, suite à l’accident nucléaire de Fukushima.

L’UDC serait-elle la seule à discerner la principale source d’inquiétude des Suisses? Le PS (stabilisé à 19,3% des intentions de vote) n’a même pas inscrit les migrations dans ses thèmes de campagne. Un oubli? Pas du tout, répond sa vice-présidente, Géraldine Savary: «L’asile est pour nous une préoccupation permanente, mais nos propositions électorales se veulent très concrètes et touchent à la vie des gens.»

Buzz ou crédibilité?

Géraldine Savary observe qu’on peut interpréter le sondage de plusieurs manières: «Les résultats montrent aussi une préoccupation de solidarité.» Selon gfs.bern, 43% des citoyens jugent que la Suisse accueille «le juste nombre» de réfugiés. Mais 47% des sympathisants socialistes jugent qu’elle pourrait faire mieux.

Le politologue Oscar Mazzoleni se dit perplexe face à un sondage qui entretient trop de flou: «Est-ce que quelqu’un peut me dire ce que signifie dans le contexte les compétences d’un parti? D’autant plus que les sujets énoncés sont tellement vastes qu’il me semble impossible d’analyser correctement les résultats.» Isabelle Moret remet en cause, elle aussi, la «compétence» de l’UDC: «Les citoyens qui ne votent pas pour ce parti peuvent considérer que c’est l’UDC qui squatte le mieux le thème des migrations, mais pas forcément que c’est le parti le plus crédible sur la question, nuance.» (24 heures)

Créé: 24.06.2015, 22h34

Articles en relation

Submergé par les migrants, le Tessin appelle à l’aide

Asile La Commission de la politique de sécurité du National a fait le tour des frontières du sud du pays pendant deux jours. Les parlementaires relatent une situation difficile. Plus...

L’idée de fermer la frontière est envisagée au Tessin

Réfugiés Le président du gouvernement tessinois réfléchit à une fermeture temporaire. Berne se veut rassurante. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.